L'invasion des tomates

Article publié le 5 juillet 2005
Article publié le 5 juillet 2005

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

30 000 personnes s’affrontant dans une bataille rangée de tomates... Difficile à croire ? Bienvenue à la Tomatina de Bunyol !

Bunyol, un village de moins de 10 000 habitants, situé près de Valence, est le théâtre d’une fête des plus insolites. Chaque année, le dernier mercredi du mois d’août, plus de 30 000 personnes se rassemblent sur la place du village pour… une bataille de tomates !

Les origines de l’événement remontent à 1945, lorsqu’un groupe de jeunes en train de se battre se saisirent des tomates d'un étal proche pour attaquer leurs adversaires. L’année suivante, ils remettaient ça, mais cette fois en amenant des tomates de chez eux. Malgré les interdictions réitérées de la Mairie, la bataille s'est transformée un acte populaire, finalement accepté par les autorités.

Bunyol reçoit toujours plus de visiteurs chaque année, surtout des étrangers attirés par la singularité de la fête, présentée sur des centaines de sites Web du monde entier. En 2004, le nombre de participants a ainsi atteint 37 000 personnes. Un succès qui déroute les autochtones : Pilar Garrigues, conseiller municipal à la culture et aux sports, explique que le mardi matin, tous les passants se connaissent, mais que le soir même, les habitants du village se retrouvent noyés dans la multitude de Japonais, d'Anglais, de Scandinaves, de Canadiens, qui envahissent la ville. C’est alors que commence la « Pre-Tomatina », une fête qui dure toute la nuit et que certains font durer jusqu’à la bataille ; sans pour autant se priver d’un bon petit-déjeuner.

Quant au plat de résistance, il est prévu pour 11h du matin. Des camions chargés de tomates arrivent sur la place centrale, chacun prend ses positions, et un signal sonore retentit pour annoncer le début de la bataille. Chemises, visages et rues commencent alors à prendre la couleur des tomates, cultivées à cette intention dans le village voisin de Xilxes, et qu’on a laissé mûrir à point. Les habitants de Bunyol affirment que l’acidité des tomates est très bonne pour le teint, les cheveux… et le nettoyage des rues ! L’année dernière, 132 tonnes de tomates ont été lancées pendant l’heure que dure l’affrontement.

La fête continue

Après la bataille, Bunyol retrouve la paix… Mais le calme est relatif. La fête ne s’arrête pas à la Tomatina, et la semaine ne fait que commencer. Après avoir récupéré des forces pendant la « sieste populaire », officiellement prévue dans le programme, les habitants de Bunyol continuent les fêtes en l’honneur de leurs saints patrons. Mais sans invasion cette fois, puisque malheureusement, la plupart des touristes venus à Bunyol pour la Tomatina repartent dès le lendemain, et passent à côté de l’essence de ces fêtes : processions, concours gastronomiques à 5h du matin, concerts de «bandas ». Selon Pilar Garrigues, le défi est donc d’« essayer de les faire rester », pour qu’ils découvrent la culture de Bunyol quand les rues cessent d’être rouges.