L'INTERVIEW D'Obama SUR L'AFFAIRE NSA: UNE TENTATIVE DE SE REDORER LE BLASON

Article publié le 24 janvier 2014
Publié par la communauté
Article publié le 24 janvier 2014

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Au cours de l'in­ter­view que le Président Obama a enfin bien voulu accorder à la télévision allemande en réaction à l'affaire de la NSA, quelques points ont retenu notre attention. Premièrement, il semblerait qu'Obama soit décidément très doué quand il faut hocher la tête d'un air compréhensif. Cela est censé nous "redonner confiance".  

Obama a enfin bien voulu donner une interview à la presse allemande sur l'affaire de la NSA. Malheureusement, pas un mot n'a été dit sur les données qu'Ed­ward Snow­den a été le premier à révéler ou encore sur l'envergure de l'espionnage des citoyens perpétré par la NSA. C'est une constatation de taille car cela veut dire que les temps de l'espionnage américain sur ses "amis" sont loin d'être finis. Obama invoque aujourd'hui la "confiance" car il n'a pas l'intention de changer drastiquement les choses

Cela devrait pourtant être une évidence que le téléphone portable de Merkel ne devrait plus être mis sur écoute. Il n'y aura pas non plus d'accord bilatéral interdisant dans le futur toute écoute de la NSA. Obama a été très clair : il veut avant tout rétablir la confiance auprès des citoyens américains mais cela n'implique pas une meilleur protection de nos données contre l'espionnage. On attend d'ailleurs toujours une excuse de sa part. 

Il est d'autant plus étonnant d'entendre le journaliste de la chaîne allemande ZDF, Claus Kleber, faire soudain  référence au discours d'Oba­ma dans le Tier­gar­ten il y a cinq ans de cela. Kle­ber décrit en effet le jour où il a eu la chance de couvrir le discours du Président comme l'un des jours les plus excitants de sa carrière de journaliste. Il s'extasie encore aujourd'hui du "sentiment d'espoir" qu'Obama avait fait naître, celui qui maintenait la foule en liesse. 

Grâce à ce commentaire, Kleber a rendu un gros service à Obama. Celui-ci ne pouvait que rebondir en nous racontant comment il donne le maximum de lui-même chaque jour en tant que Président des Etats-Unis. Merci beaucoup, franchement. Le souvenir encore intense de Kleber distrait du scandale de l'écoute clandestine, qui était pourtant censé être le sujet principal de l'entretien.  Il s'agit vraiment de redorer son blason...