L’inquiétude continue de monter autour de l’entreprise MFA Tecsom de Glaire et de Christophe Février

Article publié le 6 novembre 2017
Article publié le 6 novembre 2017

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Propriété de l’entrepreneur controversé Christophe Février, via sa holding G Groupe X, l’entreprise MFA Tecsom de Glaire a fait l’objet début octobre d’une opération de contrôle fructueuse du Comité départemental anti-fraude (CODAF). Un nouveau signal d’alarme s’allume autour de la personnalité du dirigeant et de ses pratiques de gestion. 

La Manufacture Française des Ardennes, aussi appelée MFA Tecsom, se serait bien passée de cette publicité : lors d’un récent contrôle du Comité départemental anti-fraude, 11 ressortissants des pays de l’Est en situation irrégulière se sont vu signifier une Obligation de quitter le territoire Français (OQTF). Ces derniers étaient employés par Energy Prospectives (EP), une filiale de MFA Tecsom dont l’activité se concentre autour de l’opération « Mes ampoules gratuites », une opération en partie gérée par Geo PLC, une autre entreprise de Christophe Février.

Du côté de la direction, on plaide l’ignorance sur ces constations. Christophe Février parle d’un « fait qu’il ignorait ». Mais, plus curieux de la part de l’entrepreneur controversé, qui n’est décidemment pas rancunier, celui-ci s’est spontanément proposé de veiller à leur bon (ré)acheminement vers la frontière, officiellement pour leur assurer « des conditions de transport dignes et de leur éviter un placement en centre de rétention. » Un beau geste qui pourrait aussi suggérer que Christophe Février ne souhaite pas voir lesdits salariés en situation irrégulière passer trop de temps auprès des autorités en centre de rétention.

Par ailleurs, « l’historique entrepreneurial » de Christophe Février ne laisse guère supposer de penchants humanitaires : bien que se présentant lui-même comme un « repreneur-sauveur d’entreprises » et travaillant massivement sa communication (en atteste le nombre incalculable de mini sites et blogs dédiés uniquement à sa propre gloire), Christophe Février a laissé derrière lui un certain nombre de cadavres industriels. Un peu partout en France, Christophe Février s’est proposé depuis le début des années 2000 de racheter des entreprises en grandes difficultés. Seul problème, derrière « son savoir-faire en retournement d’entreprises en difficultés », comme il le vante désormais au Maroc, une grande majorité de dépôts de bilans et de salariés au chômage.

Sur fond de pratiques administratives complexes, il parvient apparemment à chaque fois à disparaitre des écrans radar, une fois les éventuelles plaintes déposées et les investigations lancées. Dans le cas de Tecsom, il ne semble pas que les choses en aillent autrement : « En 2014 de nouveau à la barre du tribunal de commerce, le PDG Christophe Février récupère la société qui devient MFA Tecsom avec le soutien des chinois de Kaili et une promesse de contrats de 13 millions d’euros, contrats qui ne seront jamais passés. Un nouveau plan social avec de nouveau 53 salariés sur le carreau », écrit ainsi très récemment Radio8FM, un média local.

Mais c’est en 2017 que les choses s’accélèrent et que commencent des manœuvres administrativo-financières qui ont toutes les raisons d’inquiéter les salariés. Selon la même source, « en janvier 2017, MFA Tecsom est divisée en 3 entités : SAI, MSF, et Magic Karpett System. Une quatrième entité est même créée avec Energy Prospective spécialisée dans le conditionnement d’ampoules. Débute alors le jeu des chaises musicales. Un nouveau président Moldave d’origine Ukrainienne et résidant au Portugal, Valentyn Syrbu, est nommé à la tête des trois sociétés : Moquettes et sols de France, Support Ardennes Industries et Tecsom-The Magic Carpet. Au même moment, en août dernier, MFA Tecsom est dissoute et devient "Usine de France" gérée désormais en tant que président par un belge Claude Rodriguez, né en 1932, résident lui aussi au Portugal. Deux dirigeants que les salariés n’ont jamais rencontrés. » Du côté d’Energy Prospective, dont l’activité semble prometteuse en raison du succès de l’opération « Mes ampoules gratuites », il y a aussi apparemment des raisons de s’alarmer : le 27 février 2017, « l’assemblée générale ordinaire a nommé en qualité de Président Mr Petre Flueras demeurant à Bucarest en Roumanie en lieu et place de Jean François Bonet démissionnaire », peut-on lire dans un autre article de Radio8FM. Peut-être faudrait-il interroger ce monsieur sur les fameux salariés prétendument roumains. Mais c’est en tout cas Christophe Février en personne qui a annoncé peu de temps après cette assemblée générale des recrutements chez Energy Prospective. Quoi qu’il en soit, cela faisait plus d’un an que certains salariés tiraient la sonnette d’alarme au sujet de travailleurs étrangers, certains étant même logés au sein des locaux de l’entreprise. Difficile de croire en la circonstance que Christophe Février « ignorait ces faits », comme il le dit lui-même.

Un autre élément troublant relevé par Radio8FM ne fait pas pencher la balance du côté de la sincérité de Christophe Février. En effet, les premières sociétés mentionnées sont basées au 25 rue des artistes à Paris 14ème, la holding G Groupe X déclare, elle, un siège social au 36 rue Scheffer, Paris 16ème, tandis qu’Energy Prospective s’est installée au 6 rue de Musset, Paris 16ème. Rien d’extraordinaire à trouver ces trois sièges à Paris, mais un détail étonne : il s’agit à chaque fois d’immeubles d’habitation. Pour un groupe revendiquant un chiffre d’affaires cumulé dépassant la centaine de millions d’euros, on s’attendrait tout de même à trouver un bureau quelque part.

Christophe Février est de son côté officiellement résident de… Roumanie. Rien d’étonnant dans ces circonstances à ce que l’Ardennais écrive en février 2017 : « Pas loin de trois ans après la reprise par G Groupe X, la sérénité n’est toujours pas revenue sur le site de l’entreprise Tecsom de Glaire. » Moins d’un an après ce constat amer, il semble que l’avenir se soit encore obscurci pour les salariés de MFA Tecsom. L’entreprise a d’ailleurs été radiée du RCS le 23 octobre 2017. Sachant que Christophe Février a officiellement créé MFA Tecsom UK Limited en mai 2016, il devient de plus en plus difficile de croire qu’il n’a que la croissance et l’emploi de MFA Tecsom en tête.