L'impasse de la jeunesse des Balkans

Article publié le 16 avril 2015
Article publié le 16 avril 2015

Les Balkans cherchent des moyens pour réconcilier leurs jeunes, toujours marqués par les guerres des années 90. Une nouvelle émission de Radio Slobodna Evropa (Radio Libre Europe) devrait y contribuer. Avec l'aide de visages connus de jeunes artistes serbes ou bosniens, les producteurs cherchent à faire se rencontrer des adolescents venus de villes diverses afin qu’ils partagent leurs opinions.

Radio Slobodna Evropa trouve un nouveau souffle avec ce projet. La station américaine, qui a contribué à la chute du communisme il y a 25 ans, est à nouveau au milieu de l’action. Elle cherchait une position à tenir dans la guerre d'informations avec la Russie à propos du conflit ukrainien, mais elle voulait aussi se présenter comme un acteur important de l'espace des anciennes républiques de la Yougoslavie.

En coopération avec le NED (The National Endorsment for Democracy) et Mebius film, Radio Slobodna Evropa a lancé en février avec succès une série de vidéos sur la jeunesse dans les Balkans, « Perspektiva ». Des stars de la musique ont été choisies pour jouer les animateurs télé. L'engagement d'Edo Maajka, Marko Šelic (Marčelo) ou Brano Jakubović, s'est avéré être une décision ayant porté ses fruits.

Edo Maajka, rappeur originaire de Bosnie, anime une partie de l'émission à Budva, ville côtière du Monténégro. « J'étais assez stressé, mais grâce à aux étudiants, qui sont formidables, je me suis senti rapidement à l’aise », dit-il sur « Perspektiva ».

Abbatre les murs érigés par la guerre

Les débats sur des sujets de la société tels que les stéréotypes et les préjugés, la tolérance nationale ou religieuse, l’amour et la haine, le mariage mixte, l’IVG ou les liens envers la population LGBT, sont répartis à travers 52 émissions. Les émissions qui ont été enregistrées à Budva ou à Mostar sont déjà finies. Actuellement, c’est à la jeunesse de Sarajavo de prendre la parole.

« Le but de l'émission est d’abattre les murs qui ont été érigés par la guerre, le système d'éducation et les médias, entre les jeunes de différentes nationalités », écrit Radio Free Europe sur son site. « On a donné à la jeunesse l’occasion de parler de sujets différents devant les caméras. On les écoute et ils s'écoutent mutuellement, ils parlent et tombent d'accord ou ont au contraire des opinions différentes. »

La radio donne la parole aux étudiants de terminale des lycées de Bosnie-Herzégovine, de Serbie et du Kosovo. « Leurs opinions, souvent opposées, seront une grosse surprise pour les spectateurs de toutes les générations », assure le Radio Free Europe.

Les producteurs espèrent avoir ouvert un dialogue digne de ce nom parmi une génération de jeunes, afin que leurs perspectives de vie commune s’améliorent.