L’Europe, un espace de projection pour les « jeunes des quartiers »

Article publié le 3 décembre 2009
Article publié le 3 décembre 2009
Par Hamid Derrouich C’est avec un programme riche que l’Association Migration Solidarité et Échanges pour le Développement (AMSED) a lancé sa ‘’deuxième version’’ des rencontres de la jeunesse et de la diversité.
Durant trois jours, du 19 au 21 novembre, l’association a investi trois lieux (l’Esplanade, l’Aquarium à Cronenbourg et le centre socioculturel Fossé des treize) et animé plusieurs activités. L’Europe, qui a par ailleurs contribué à la concrétisation de ce projet, a été présenté comme un lieu de projection, un espace où peuvent se réaliser les espérances des jeunes avec moins d’opportunités.

À la rencontre du potentiel des « jeunes des quartiers »

Ces deuxièmes rencontres sont loin d’être une immersion furtive dans la vie des quartiers. Du parrainage pour l’emploi à la réalisation de chantiers internationaux, en passant par des formations, des séminaires et des actions de réseautage, les rencontres de la jeunesse et de la diversité sont un rendez-vous qui couronne la vision d’ensemble de l’AMSED au sujet du vécu des quartiers et surtout des jeunes.

Dans l’imaginaire collectif, le regard porté sur les quartiers demeure réducteur. Dès lors se pose la question des moyens à employer pour les mettre en valeur. Certes, ces rencontres ne pourront pas se substituer aux politiques publiques à destination des quartiers et des cités, mais elles ont au moins le mérite d’impliquer des jeunes dans une démarche valorisante des quartiers. Ces rencontres ont cherché aussi à briser le silence et le cloisonnement qui caractérisent ces territoires et les enferment souvent dans une visibilité dépréciative.

La diversité mise en avant par les rencontres ne se limite pas aux seules origines des populations habitant les quartiers. Les différentes activités et animations ont révélé une richesse de parcours et de savoir-faire, témoignant du potentiel mal exploré et peu exploité desdits quartiers. Elles ont également montré la volonté réelle des jeunes de s’épanouir et de surmonter les obstacles.

Le potentiel de ces jeunes réside non seulement dans des styles « urbains » d’expression artistique (musique, danse), mais également dans leur engagement associatif à travers la présentation de chantiers internationaux, l’animation d’ateliers, la participation aux débats sur la mobilité internationale et l’interculturalité.

Les rencontres ont aussi permis de remettre en cause quelques clichés. La « bibliothèque vivante » a été de ce point de vue une activité riche en sens. Le public est venu à la rencontre des « livres vivants » (personnes faisant le plus souvent partie d'un groupe de population sur lequel on nourrit des préjugés) afin d’échanger, de questionner et de réfléchir ensemble sur les stéréotypes. Un large panel de « livres » a été « mis à disposition », autour des thèmes de la prostitution, la séropositivité, le féminisme, les jeunes issus de l’immigration, les réfugiés, les étudiants étrangers…

L’Europe comme espace de projection

Dans sa démarche, l’AMSED a voulu mettre en valeur les dispositifs européens à disposition des jeunes, notamment ceux parmi eux ayant moins d’opportunités. Ces derniers tels que définis par la décision du Parlement européen et du Conseil du 13 avril 2000 établissant le programme JEUNESSE sont les « jeunes qui, pour des raisons d'ordre culturel, social, physique, mental, économique ou géographique, ont le plus de difficultés à participer aux programmes d'action qui les concernent tant au niveau communautaire qu'aux niveaux national, régional et local ».

Le programme JEUNESSE présente beaucoup d’intérêt. C’est un instrument de mobilité européenne qui permet à cette catégorie de jeunes de rompre avec un quotidien souvent marqué par la routine. Le programme agit ainsi comme un outil de re-dynamisation et de mixité sociale, culturelle et linguistique. La rencontre avec l’autre permet, outre l’ouverture sur l’Europe, l’acquisition de compétences non formelles (indépendance, prise de responsabilité, épanouissement, etc.).

Le programme est aussi un moyen pour les jeunes de surpasser leurs limites géographiques et culturelles, de changer de regard sur eux-mêmes et sur les autres et de développer généralement une meilleure confiance en soi.

Par ailleurs, il ne faut pas oublier que la mobilité européenne permet aux jeunes, au retour sur leurs lieux de résidence, de se remobiliser. En cela, le programme est un mécanisme au service de leur intégration.

Les différents témoignages de jeunes ayant participé sous l’égide de l’AMSED soit à des festivals soit à la réalisation de chantiers internationaux ont été pertinents. Tous ces témoignages insistent sur les horizons qu’ouvrent les programmes de jeunesse en Europe et sur les opportunités de mobilité européenne et internationale qui s’offrent grâce à l’Europe.