L'Europe et les promesses vaines

Article publié le 18 juin 2012
Article publié le 18 juin 2012
L’expression anglaise « empty promises » signifiant les promesses qui ne peuvent pas être tenues est traduite de manière bien plus naturelle et imagée dans les autres langues européennes. Des « montagnes d’or » françaises au « bleu du ciel » allemand, les Européens ont l’art d’exprimer les fausses promesses d’une façon charmante et poétique.

Comme l’a dit un jour le fameux général français Napoléon Ier : « Si vous escomptez avoir du succès dans le monde, promettez tout, ne donnez rien. » Est-ce pour cette raison que les Français ont tendance à « promettre monts et merveilles »? Ce n’est certainement pas si particulier, puisqu’en Italie on « promet les montagnes et la mer »(« promettere mari e monti ») et en Croatie les « montagnes et les vallées » (« Obećati brda i doline »). Serait-ce par hasard dû au fait que, dans toute l’Europe, nous soyons si inspirés par nos paysages montagneux que nous ne pouvons nous empêcher de les transposer dans nos promesses lyriques ? En réalité, l’expression française date du tournant du 13ème siècle lorsque « mont » signifiait grande quantité et l’expression « conter des maux et merveilles » voulait dire raconter des histoires fabuleuses. L’association de ces deux tournures au 16ème siècle a donné « promettre monts et merveilles ». En Allemagne, on utilise l’expression unique et originale « promettre le bleu du ciel » (« das Blaue vom Himmel versprechen ») décrite dans une critique du film allemand du même nom de 2011 comme « poétique et magnifique, qui par nature revêt une sorte de clémence ».

Si promettre des montagnes ou du bleu ne suffit pas, le fait d’ajouter un peu d’or pourrait faire l’affaire. Du moins en HollandeGouden bergen beloven »), en PologneObiecywać złote góry ») et en Russieobetchat zolotie gori »), il est courant de « promettre des montagnes en or » ou « des montagnes d’or ». Les Danois promettent « de l’or et de vertes forêts » (« Love guld og grønne skove »). En Espagne et en Argentine, la promesse de la ruée vers l’or va au-delà de la nature avec l’expression « promettre l’or et le Maure » [Nord-africain]. Cette expression remonte à l’époque des guerres de la Reconquête lorsqu’Abdalà, maire de la ville de Ronda, province de Malaga et son neveu Hamet furent capturés lors d’une attaque armée à Jerez. Abdalà acheta rapidement sa liberté, mais son neveu ne fut relâché contre aucune somme d’argent, en dépit de la requête de Jean II de Castille. Après avoir rassemblé de grandes quantités d’or, on transféra finalement Hamet devant les tribunaux mais le dicton est resté parmi les habitants : « promettre l’or et le Maure » (« prometer el oro y el moro »).

Photos © Henning Studte/ studte-cartoon.de