L’Europe et la petite lucarne

Article publié le 9 avril 2008
Publié par la communauté
Article publié le 9 avril 2008
L’Europe n’est pas le sujet le plus télégénique. En tous cas, c’est ce que l’on dit. Mais pourquoi cette réticence ? Peut-être parce qu’on connaît mal les acteurs politiques. Pas évident de trouver de l’intérêt à des séquences sur de sombres inconnus en costume qui sortent d’une salle de réunion les bras chargés de dossiers !
Et quand le journal de 20h parle de l’Europe c’est souvent pour annoncer une nouvelle directive, propos illustrés par un plan fixe de la Commission européenne ou du Parlement européen. Ceci dit, ces sujets sont parfois suivis d’un reportage de décryptage. Et là, ça devient intéressant et même télégénique !

Il semble que les émissions sur l’Europe à la télévision française se soient donnés le mot d’ordre : du concret ! Passons alors en revue quelques émissions françaises au tropisme européen.

Des Français et des Allemands pour une émission sur l’Europe : une recette qui marche ?

Quand on pense à l’Europe à la télé, on arrive assez vite à Arte, la chaîne franco-allemande. En plus des deux journaux quotidiens d’actualité européenne, la chaîne propose un magazine intitulé Zoom Europa. Pour donner de la voix à cette émission, Arte a choisi un timbre familier des habitués de France Inter puisque Bruno Duvic y présente les journaux du matin. Le présentateur, sur le site internet de l’émission, annonce la couleur : « On va essayer d’éviter la langue de bois et la langue de plomb, les termes techniques incompréhensibles. » L’émission aborde donc chaque semaine, sur un ton décontracté, des sujets aussi variés que le « freefight », le marché des animaux de compagnie ou encore la prévention du VIH en Estonie, dans le cadre du week-end du Sidaction. Zoom Europa ou quand l’Europe se mêle de tout !

Ici, les propos des invités épicent les reportages

Passons ensuite à LCP (La Chaîne parlementaire), une chaîne habituée à mettre en image des décisions institutionnelles. Tout d’abord, remarquons que les rédacteurs de cette émission ont de la suite dans les idées : les chroniques s’appellent « traits impliqués », « traits importants » ou encore « très pertinents » ! Le 10 mars, un reportage complet sur la ratification par le Parlement européen du Traité de Lisbonne abordait une allure très série américaine avec une bande-son inquiétante et un affichage de l’heure à la « 24h chrono ». Voilà de quoi, sans aucun doute, rendre trépidante une séance de nuit à l’Assemblée Nationale. Oserait-on dire « un peu trop » ? Il faudrait savoir ce que l’on veut ! Ensuite, la présentatrice a lancé le portrait d’une jeune réalisatrice de radio et télé qui « entend donner de la chair et du glamour à l’Europe. » Alors zoom sur une danse flamenco endiablée pour montrer « ce qu’il y a de plus érotique » en Europe : voilà de quoi faire monter l’audience ! Plus sérieusement, l’atout supplémentaire de cette émission est sans doute la présence d’invités qui commentent les reportages et élargissent le débat.

Et sur la télévision publique ?

Tout ça c’est très bien mais qu’en est-il de la télévision publique ? Sur France 2, on a connu l’émission « Union libre », présentée par Christine Bravo, qui traitait de l’Europe avec légèreté et sans privilégier l’aspect politique. Le concept était simple : des représentants des différents pays membres discutaient autour d’une table des traditions culinaires ou des initiatives insolites de leur pays respectif. On retrouvait également des sondages pour savoir quel pays hébergeait le plus d’animaux de compagnie ou quels européens mangeaient le plus de pizza. Bref, une émission de divertissement comme les autres mais avec pour particularité de proposer un tour de l’Europe, ou plutôt des européens. Cependant cette émission a depuis été retirée de la grille des programmes. Invité de l’émission « Plus Clair », sur Canal +, Jean-François Copé (qui dirige une commission chargée de l’avenir de la télévision publique) a même estimé, début mars, qu’il n’y avait plus d’émission consacrée à l’Europe sur la télévision française publique. Mais c’était sans compter « Avenue de l’Europe ». Cette émission hebdomadaire de dix minutes aborde chaque semaine un thème général tel que le développement durable ou l’avortement. La démarche est de confronter les différents exemples des pays membres pour montrer quelles solutions peuvent être apportées à une problématique générale. Ainsi, lors d’une émission consacrée à l’obésité, la présentatrice, Véronique Auger, a annoncé qu’en attendant un projet européen sur le sujet ( à propos du contrôle des étiquettes alimentaires), plusieurs reportages allaient nous présenter les différentes opérations mises en places par les pays membres. Une émission courte et dynamique, diffusée juste avant 20h chaque samedi.

Et si ce qu’il manquait c’était une émission de débat ?

Nous avons donc à l’antenne des émissions de reportage qui visent à décrypter les enjeux européens et à montrer une diversité de points de vue. Toutefois, lorsqu’il s’est exprimé, Jean-François Copé a cité France Europe Express, une émission aujourd’hui disparue de nos écrans. Pendant une heure et demi, Christine Ockrent accueillait un invité et des contradicteurs. C’est peut-être ce qu’il manque aujourd’hui : une émission qui proposerait des opinions contradictoires et des prises de position engagées pour faire vivre les débats européens en France. Rappelons nous du bouillonnement d’idées autour du projet de traité constitutionnel !

Haude-Marie Thomas