L'Europe de la jeunesse à Strasbourg

Article publié le 13 mai 2014
Article publié le 13 mai 2014

5000 jeunes d'une trentaine de pays de la Grande Europe ont siégé au Parlement européen durant trois jours. La capitale de l'Europe s'est mise au diapason de la jeunesse en accueillant la 1ère édition de EYE / European youth event organisé par le P.E. Le YO!Fest du Forum Européen de la Jeunesse a lui investi le parvis strasbourgeois de l'assemblée pour la 1ère fois après 4 éditions bruxelloises.  

A quelques se­maines des élec­tions eu­ro­péennes, le Par­le­ment eu­ro­péen a ou­vert ses portes à 5000 jeunes pour trois jours de dé­bats et de confé­rences dans l'hé­mi­cycle de la dé­mo­cra­tie eu­ro­péenne. Les jeunes de 16 à 30 ans, ins­crits par groupes uni­ver­si­taires ou as­so­cia­tifs, ont éga­le­ment pro­fité d'évé­ne­ments fes­tifs pro­po­sés par le YO!Fest, le fes­ti­val du Forum Eu­ro­péen de la Jeu­nesse/ FEJ qui fé­dère, à Bruxelles, près de 100 as­so­cia­tions de jeu­nesse à tra­vers l'Eu­rope.

« Nous sommes par­tis, il y a cinq ans, d'une pe­tite fête dans un parc bruxel­lois pour pro­po­ser au­jour­d'hui, pour la pre­mière fois à Stras­bourg, un vrai fes­ti­val in­ter­na­tio­nal avec un mes­sage po­li­tique » ex­plique Giu­seppe Por­caro , se­cré­taire gé­né­ral du FEJ. « Cette année, il existe un im­pact de vi­si­bi­lité dû aux élec­tions eu­ro­péennes du 22 au 25 mai pro­chains. Mais en rai­son de ces mêmes élec­tions, peu de po­li­ti­ciens eu­ro­péens ont pu faire le dé­pla­ce­ment lors des dé­bats pro­po­sés au sein du P.E aux par­ti­ci­pants ins­crits au EYE », pré­cise G. Por­caro, qui s'ap­prête à ter­mi­ner son man­dat au sein du Forum dans quelques se­maines.

Un fes­ti­val ou­vert sur la ville

Ins­tallé de­vant le Par­le­ment, le vil­lage eu­ro­péen du fes­ti­val, com­posé de près de 50 stands tenus par des as­so­cia­tions eu­ro­péennes, était lui ou­vert à tous et éga­le­ment aux Stras­bour­geois in­vi­tés dans leur propre quar­tier eu­ro­péen, par­fois dé­crit comme quar­tier ex­cen­tré et inaccessible.​ Et ça a fonc­tionné, puisque EYE a pu aussi bien comp­ter sur 200 bé­né­voles lo­caux, des étu­diants stras­bour­geois qui se sont pas­sés le mot sur le cam­pus, à l'image d'Eléo­nore, étu­diante en 1ère année à Sciences Po et de Jé­rôme, étu­diant en DUT tech­niques de com­mer­cia­li­sa­tion à Ill­kirch, pour qui « l'Eu­rope de­vient moins abs­traite, j'ai pu par exemple dis­cu­ter avec des étu­diants grecs ou des vo­lon­taires d'une as­so­cia­tion ca­ri­ta­tive lon­do­nienne. Ce genre d'ini­tia­tive est im­por­tant avec les élec­tions eu­ro­péennes qui ap­prochent ». 

L'am­biance fê­tarde eu­ro­péenne s'est aussi dé­pla­cée dans le centre de la ville avec un concert en plein air place Klé­ber du groupe bri­tan­nique Asian Dub Foun­da­tion. Le titre po­li­tisé « For­tress Eu­rope » a trouvé une ré­so­nance au­près d'un pu­blic venu faire « l'Eu­rope par la jeu­nesse » pen­dant trois jours à Stras­bourg.

Co­py­right des pho­tos : Eu­ro­pean Youth Forum