« L'Europe, c'est comme fight club »

Article publié le 12 mai 2014
Article publié le 12 mai 2014

Pendant un an et demi, des étudiants de Sciences Po et de l'Université libre de Berlin ont analysé la position des jeunes Français et Allemands sur l'Europe, avec le soutien de l'initiative TerraEuropa. Et les résultats ont de quoi inquiéter. À la veille des élections européennes, ces étudiants lancent, dans une lettre ouverte, un appel urgent au président français et à la chancelière allemande.

Mario Jen­dros­sek cligne des yeux de­vant la Chan­cel­le­rie fé­dé­rale qui baigne sous le so­leil. Il at­tend le si­gnal du pho­to­graphe pour glis­ser la lettre fraî­che­ment si­gnée dans la boîte aux lettres sym­bo­lique. Une fois le mo­ment im­mor­ta­lisé, Mario dé­pose la lettre à la Chan­cel­le­rie avant de la re­mettre per­son­nel­le­ment à l'am­bas­sade de France. Étu­diant al­le­mand à l'Ins­ti­tut d'études po­li­tiques, Sciences Po, Mario a par­ti­cipé au pro­jet Ter­raEu­ropa du­rant ces dix-huit der­niers mois.

Avec d'autres étu­diants de France et d'Al­le­magne, Mario Jen­dros­sek a ana­lysé l'at­ti­tude de sa gé­né­ra­tion à l'égard de l'Eu­rope. Dans le cadre de cette étude, l'ins­ti­tut de son­dages in­ter­na­tio­nal Ipsos a in­ter­rogé 2 000 jeunes âgés de 18 à 29 ans. Les ré­sul­tats ont en­suite fait l'ob­jet de dé­bats dans des groupes de dis­cus­sion re­grou­pant étu­diants de Paris et de Ber­lin. Les ques­tions cen­trales étaient les sui­vantes : quelle est, à leurs yeux, l'image de l'Eu­rope et quels sont leurs sou­haits et re­ven­di­ca­tions ? 

« Nous avons dé­cou­vert que pour beau­coup de jeunes adultes, l'Eu­rope n'est plus qu'une sorte de Fight Club », dé­clare Mario. En rai­son d'un taux de chô­mage qui frôle les 25 %, voire qui dé­passe les 50 % dans cer­tains pays, les jeunes eu­ro­péens sont tou­jours plus sous pres­sion. Cha­cun lutte contre l'autre. « Nous vou­lons at­ti­rer l'at­ten­tion sur les sou­haits de la jeune gé­né­ra­tion vis-à-vis de l'Eu­rope », ex­plique Mario. « L'UE et ses ci­toyens doivent de nou­veau se rap­pro­cher pour stop­per la mon­tée en puis­sance des eu­ros­cep­tiques. »

UN NEW DEAL ET UNE EU­ROPE PLUS PROCHE DES CI­TOYENS

Outre le fort taux de chô­mage des jeunes, les jeunes eu­ro­péens ont éga­le­ment d'autres su­jets de pré­oc­cu­pa­tion, comme les étu­diants ont pu le consta­ter. À la suite des ré­sul­tats du son­dage et des dé­bats, les étu­diants ont for­mulé quatre re­ven­di­ca­tions cen­trales de la jeu­nesse eu­ro­péenne qu'ils ont ré­su­mées dans une lettre ou­verte au pré­sident Fran­çois Hol­lande et à la Chan­ce­lière An­gela Mer­kel, à sa­voir une of­fen­sive eu­ro­péenne en ma­tière d'en­sei­gne­ment et de for­ma­tion, un mar­ché du tra­vail eu­ro­péen dy­na­mique, un Green New Deal eu­ro­péen et une Eu­rope plus proche de ses ci­toyens. Dans l'Eu­ro­Pa­per qu'ils ont ré­digé, ils pro­posent par ailleurs des me­sures concrètes pour at­teindre ces ob­jec­tifs.

La lettre ou­verte doit ser­vir de piste de ré­flexion. Lu­cile Tro­nel, l'am­bas­sa­drice de Terra Eu­ropa, ex­plique : « nous avons be­soin d'une nou­velle vi­sion pour l'Eu­rope afin de ren­for­cer à nou­veau les liens entre ses membres et pro­mou­voir une iden­tité eu­ro­péenne. Grâce à Ter­raEu­ropa, les jeunes eu­ro­péens peuvent faire en­tendre leur voix ». À la veille des élec­tions eu­ro­péennes, Ter­raEu­ropa cherche aussi à fa­vo­ri­ser le dia­logue avec les re­pré­sen­tants du monde po­li­tique, éco­no­mique et so­cial. L'ini­tia­tive se pour­sui­vra même après les élec­tions : Ter­raEu­ropa va étendre son en­quête aux États membres du Sud et de l'Est de l'Eu­rope. Pro­chaine étape : l'Es­pagne

Pour en sa­voir plus sur Ter­raEu­ropa, cli­quez ici.