Lettre d'une vilaine fille à Donald Trump

Article publié le 10 novembre 2016
Article publié le 10 novembre 2016

Le peuple américain a choisi comme nouveau président un homme qui veut bâtir un mur sur la frontière mexicaine, empêcher tout musulman d'entrer sur le territoire et qui s'est ouvertement vanté d'avoir commis des agressions sexuelles. Mais s'il ne prend pas garde, « la chatte » pourrait bien se retourner contre lui.

Cher Donald Trump,

Vous avez réussi. Vous êtes le nouveau président élu des États-Unis d'Amérique. Ce matin, quand je me suis réveillée à Berlin, où je vis, votre visage était partout sur les sites d'information. Le peuple américain a voté dans le cadre d'une élection démocratique, et c'est pour vous qu'ils l'ont fait. Vous voulez « rendre leur gloire aux États-Unis ». Dans votre discours de victoire vous avez dit, « il est temps pour l'Amérique de panser les plaies de la division ». Vous avez dit, « je promets à chaque citoyen que je serai le président de tous les Américains ».

M. Trump, j'ai du mal à y croire.

C'est vrai, l'Amérique est un pays divisé - mais vous avez fait tout ce que vous pouviez pour amplifier ces divisions. Il y a les Mexicains que vous voudriez garder à l'écart en construisant un mur à la frontière, et les millions d'immigrants que vous voudriez renvoyer dans « leurs » pays (surtout s'ils sont musulmans et par conséquent, forcèment, des terroristes).

Il y a la communauté LGBTQ qui n'a pu compter sur vous pour un quelconque soutien. Au contraire, vous avez passé toute votre campagne à menacer d'annuler des protections cruciales pour les membres de cette communauté aux États-Unis, promettant de nommer des juges conservateurs à la Cour Suprême afin de revenir sur la légalisation du mariage homosexuel. Quant aux personnes transgenres, on ignore toujours si vous êtes d'accord avec le fait qu'ils utilisent les toilettes correspondant au genre de leur choix, ou non. 

Oh, et n'oublions pas les femmes. Pour un homme qui affirme aimer tant les femmes, votre comportement est plus que douteux. Vous pensez que les femmes sont des « croqueuses de diamants » et avez dit de votre ex-femmes Ivana : « Je ne lui ai jamais acheté des bijoux décents ou des peintures. Pourquoi lui donner des actifs négotiables ? ». Vous avez parlé à maintes reprises de la beauté de votre fille, Ivanka et de combien vous voudriez la sauter. Cela n'était qu'une blague bien sûr. Vraiment ? Vous avez traité des femmes de « chiennes », de « moches », de « grosses » et de « bimbos ». Vous avez admis avoir attrapé des femmes « par la chatte » et avez tenté de vous en sortir en disant que ce n'était que des « plaisanteries de vestiaires ». Vous avez accusé votre adversaire Hillary Clinton d'être incapable de « satisfaire » les Américains parce que, bien évidemment, elle n'avait pas su satisfaire son coureur de jupons de mari Bill. Votre femme Melania est une poupée Barbie parlante ambulante, conçue pour sourire et faire joli sur les photos. Parce que c'est comme ça que vous aimez les femmes non ?

Ce qui est triste c'est que beaucoup de femmes ont malgré tout voté pour vous. Plus que ce que l'on pensait (42% selon les dernières études, ndlr). Des femmes qui ont dit dans des interviews qu'elles aimaient se faire peloter et qu'elles le prenaient comme un compliment. Des femmes qui ont admis que, non elles n'aiment pas les remarques sexistes, mais qu'il y a plus important que ça. Naturellement beaucoup, beaucoup d'hommes blancs plus âgés ont voté pour vous. Peut-être parce que eux aussi voudraient choper de la chatte et s'en tirer sans encombre. Ils veulent sans aucun doute garder l'Amérique telle qu'elle les sert le mieux - blanche, masculine et conservatrice. 

Grâce à vous et à tous ceux qui ont voté pour vous, M. le Président, les jeunes qui grandissent aujourd'hui aux États-Unis apprendront que l'on peut-être sexiste, mysogyne, raciste, transphobe et homophobe et devenir malgré tout un leader. Les minorités vont avoir peur pour leurs droits, sachant qu'une large majorité de la population américaine n'en a rien à faire. Ce que nous avons tous appris hier soir, Américains ou non, c'est que la haine et la peur prennent le pas sur l'amour et l'espoir. Dans le plus pur sens du terme.

M. Trump, je suis sûre que vous n'avez que faire de mon opinion. Après tout, je ne suis même pas citoyenne américaine. Je vis dans un pays dirigé par Angela Merkel – une femme que vous avez un jour comparée à Hillary Clinton (et ce n'était pas un compliment) avant de l'appeler « la Meilleure ». Peut-être que je ne serais pas assez belle pour attirer votre attention. 

Peut-être ne voudriez vous pas m'attraper par la chatte. Mais je suis une « vilaine fille ». Et vous devriez savoir maintenant qu'une chatte peut se retourner contre vous.

Bien à vous,

Julia Korbik.