L'espéranto fait vivre

Article publié le 2 juin 2009
Article publié le 2 juin 2009
"Oui mais euuuuh, en Europe, c'est l'anglais qui domine. C'est nul. On ne veut pas d'une Europe anglophone, totalement anglo-saxonisée. On veut le multilinguisme, avenir de notre continent!" Ca, c'est des phrases super usitées en Europe. Surtout en ce moment.
Mais dans la lutte à mort que se livre le français et l'anglais à Bruxelles, ainsi que les 21 autres langues officielles de notre Union, un parti a décidé pour les élections de faire entendre une autre voix: celle de l'Espéranto. Noway! est donc allé faire un tour sur leur site.

Avec des listes dans toutes les régions françaises, sous le nom : Europe, Démocratie, Espéranto,le mouvement Espérantiste marque des points. Le sélections européennes sont une occasion unique pour visible à ces prêcheurs d'un multilinguisme d'un nouveau genre.

Clip télévisuel 2009 Europe Démocratie Espéranto

Larme à l'oeil

En lisant leurs propositions et visionnant le clip de campagne qui est diffusé sur les ondes hertziennes, on comprend bien le coeur de leur ambition: foutre l'anglais dehors, et installer l'Espéranto au coeur de l'Union européenne. Pourquoi ? Car cela éviterait la domination d'une langue sur toutes les autres et ainsi, tout le monde serait l'égal et de son voisin. Linguistiquement parlant bien entendu. Imaginez, 500 millions de personnes pouvant communiquer ensemble, dans une langue commune. C'est beau non ?

Ben pas si sûr en fait. Car les arguments qui sont évoqués par ce mouvement sont des plus légers et pas vraiment toujours sérieux. Dans les premières secondes du clip, nous voyons deux personnes dire que du fait de leur non maitrise de l'anglais, ils ont moins d'opportunités professionnelles. Effectivement, c'est une réalité, mais serait ce différent avec la domination de l'espéranto? Non, pas vraiment. Celui qui ne connaitra pas l'espéranto sera laissé derrière. Donc au lieu de forcer 99% de la planète à apprendre une langue que tout le monde ignore, mettez vous à bachoter le fameux "Where is my Brian" et "My tailor is rich".

Amalgames linguistiques...

Car tout le problème, c'est l'idée d'avoir une langue pivot. Chacun peut parler les langues qu'il souhaite: italien, allemand, thai, malawi ou autre. Mais dans un monde globalisé, il nous faut un moyen international. Et le cours de l'histoire à fait que cela soit l'anglais. Sachant qu'auparavant, c'était le français. Encore avant le latin. Ce n'est donc pas quelque chose de nouveau.

Alors d'où vient ce refus de l'anglais? Il est dit (toujours dans le clip) que c'est une volonté de préserver sa culture et de pouvoir communiquer avec tout le monde. Franchement, n'est-ce pas possible avec l'anglais? Qui a dit que du fait d'apprendre l'anglais, on devait d'office prendre la culture anglo-saxonne avec. Depuis quand cela est une nécessité ?

Les deux auteurs de Noway! parlent anglais, mais sont pourtant respectivement plus intéressés par d'autres régions de l'UE que cette île au large de la Normandie. Une fois qu'une personne maitrise l'anglais, qu'est-ce qui l'empêche d'apprendre une autre langue? Ce serait exactement la même chose avec l'Espéranmachin. En plus faire dire à une ménagère de moins de cinquante ans qu'elle veut bien apprendre une langue, mais qu'elle veut garder la sienne, c'est quand même gonflé. Pour ceux qui pratiquent réellement le multilinguisme au quotidien, ils témoigneront qu'on n'a jamais autant aimé et apprécié sa langue, que quand on communique avec une autre. 

...et marketing linguistique

Car dire qu'on va donner une âme à l'Europe avec une langue qui n'en a pas, c'est quand même assez culoté. L'Espéranto est une construction totalement artificielle, résultat d'une mélange de différentes langues (surtout européennes, d'où la stupidité de croire qu'elle peut être acceptée facilement par la Terre entière. Pourquoi pas un peu de chinois, arabe, etc dedans?). Déjà que pour beaucoup de citoyens, l'UE c'est vague, mais si en plus on leur dit: tu vas apprendre une langue sortie du chapeau de Merlin l'enchanteur...j'imagine même pas leurs têtes. C'est de la déculturation totale.

Bon pour vendre leur truc, les tenants de l'Epéranto nous disent qu'elle est à la fois riche, neutre, rapide à apprendre et vivante. Ca ressemble donc à de l'anglais mal dégrossit, sauf qu'on peut assez facilement remettre en cause son côté vivant. Pour contrebalancer, on nous raconte que c'est une "langue équitable...". Marketing, quand tu nous tiens...Qu'en pense le paysan africain?

Quant à nous dire que c'est une des langues les plus utilisées sur le net, c'est un peu exagéré quand même non? Sur Wikipédia, l'espéranto n'est que la 22ème langue et j'attends toujours la version de Facebook.

Exemples européens

Donc finalement, tout cela fait drôlement artificiel et révèle plutôt une problème d'enseignement.En France, parler anglais n'est pas une partie de plaisir pour la majorité de la population, j'imagine même pas avec l'espéranto...

Pourtant d'autres pays font des prouesses de multilinguisme avec des langues bien vivantes. Le Luxembourg par exemple. Là bas, c'est trois langues officielles (et bimmm) et l'anglais pour tout le monde. Le pire c'est que ça marche. Alors le multilinguisme, ne serait-il pas plutôt à chercher dans la compréhension de la langue anglaise comme outil professionnel puis une troisième, qui serait la langue du coeur + un petit effort de la part de nos institutions pour communiquer dans nos langues maternelles ?

Malgré tout, ici on ne résiste pas à l'envie de voir Barosso se pointer chez les Chinois en Espéranto...juste histoire de rigoler. Mais d'ici à voter pour ce mouvement, faut pas pousser non plus.