Les remèdes anti-gueule de bois

Article publié le 21 septembre 2009
Article publié le 21 septembre 2009

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

« Mieux vaut prévenir que guérir » me direz-vous. Mais quand il est trop tard, que la tête est trop lourde et la bouche trop pâteuse, que faire ? Les réponses en Europe, d’Est en Ouest.

Récapitulons. Une gueule de bois, c’est quoi ? A cette question, la science (de comptoir…) propose des réponses contradictoires. Certains affirment par exemple qu'une gueule de bois est en réalité un assèchement du cerveau, qui ne serait pas suffisamment hydraté après une soirée bien arrosée. La solution pour compenser ce manque d’eau est d’en réinjecter dans l'organisme. Se réhydrater ! D’autres préfèrent la théorie de l’empoisonnement au méthanol, l’alcool de bois, qu’on trouverait dans certaines boissons car si l'organisme assimile d’abord l'éthanol, l’oxydation du méthanol prend le relai en décalé.

Soigner le mal par le mal

Pour soigner une gueule de bois, plusieurs méthodes sont très populaires à travers le continent. Et principalement celle qui consiste à boire de nouveau le lendemain : alimenter son corps en éthanol repousserait l’action du méthanol. A chaque nation, sa recette : les Français du Sud recommandent par exemple un petit verre de Pastis et les Anglais, un cocktail « Hair of the dog » (composé de gin et de Tabasco). Les plus élaborés étant le « Byczy Strzał » des Polonais (un bouillon de légumes assaisonné au Tabasco, à la vodka, au jus de citron et au sel) et le « Prairie Oyster » d’Outre-manche (œuf, brandy, sauce Worcestershire et sel).

D’autres boissons, sans alcool cette fois, et repoussantes à première vue, sont connues pour leurs vertus anti-gueule de bois. Toujours en Pologne, on préconise le jus des cornichons. Les Italiens se remettent sur pied à l’aide d’un café serré (et sa cuillerée de sel !) ce qui n’est pas une bonne idée puisqu’il est diurétique. Se réhydrater ou faire pipi, il faut choisir ! Surtout que le sel, lui, maintient l'eau dans le corps ! D’une même voix, les Lettons et les Italiens se mettent d’accord sur le Coca sans bulles.

Et au petit déjeuner

Prochaine étape dans l’art du dégrisement : le petit déjeuner. Il doit avant tout être riche en glucose et facile à digérer. Selon les Français, la consommation de pain grillé est efficace ; les Italiens recommandent les pâtes ou les pommes de terre, et les Allemands optent pour du salé, comme par exemple des « rollmops » (du poisson mariné aux oignons sur un bâtonnet) de harengs par exemple (toujours le sel). Les Polonais font le contraire et optent plus volontiers pour un dessert qui date du 17e siècle : le « kogel-mogel ». Il se compose de deux jaunes d’œuf, trois cuillères de sucre, on peut éventuellement y ajouter du miel et des raisins secs. Et si malgré tout cela, vous êtes toujours au fond du trou (ou de votre lit), il ne vous reste plus qu’à vous frotter les aisselles avec du jus de citron ! Sacrés Anglais !

Recette du « puchero » espagnol

Le prix de la recette anti-gueule de bois la plus compliquée revient aux Espagnols. Et c’est celle qu’on a choisi de vous donner ! Ils « restaurent » leur organisme en avalant un « puchero » qui ressemble fort au « bigos » polonais ou au « letscho » hongrois. Bref du ragout à la viande à la façon de Robert Makłowicz, un journaliste polonais, grand amateur de gastronomie européenne !

Ingrédients :

1 kg de viande de bœuf en tranches 300 g de dos de porc 100 g de saucisses à base de gruau 100 g de Chorizo 100 g de lard fumé 2 oignons 2-3 carottes 2 pommes de terre 2 pommes de terre douces 1 petite citrouille 1 poireau 2-3 épis de maïs Sel Poivre noir fraîchement moulu

Faites chauffer dans une casserole environ 3 litres d'eau salée. Quand l’eau bout, ajouter la viande de porc et de bœuf et laisser cuire une heure à feu doux. Ajoutez ensuite les carottes épluchées et coupées grossièrement en morceaux, les oignons coupés en deux, le poireau (seulement la partie blanche) bien lavé et taillé dans le sens de la longueur ainsi que les épis de maïs coupés en morceau, et pour finir le chorizo, le bacon et la saucisse de gruau. Cuire à petit feu (comme une soupe de légumes) une heure encore. Une demi heure avant la fin du temps de cuisson, ajouter les pommes de terre épluchées et coupées en petits morceaux, ainsi que la citrouille en morceaux non épluchée (car sans la peau, elle se désagrège). Enfin, assaisonnez avec du sel et du poivre.