Les promesses de l’ombre

Article publié le 27 novembre 2007
Publié par la communauté
Article publié le 27 novembre 2007
Londres. Après A History of violence, qui avait comme décor une tranquille bourgade des Etats-Unis, David Cronenberg s’enfonce encore un peu dans la violence en prenant la City comme toile de fonds.

Une sage-femme donne naissance à un bébé dont la mère, une prostituée russe, décède. La femme-sage découvre son journal intime à partir duquel elle cherchera à en savoir plus sur ce qu’il s’est passé. Cette quête va l’entraîner dans le monde de la mafia russe de Londres.

Les promesses de l’ombre nous emmène dans un univers violent qui semble très réaliste, sous fonds de prostitution, de règlements de compte, avec entre autres un restaurant russe luxueux sans façade comme décor.

Admirablement mis en scène par ses acteurs, le scénario nous présente la mafia dans toute sa splendeur, entre violence, code d’honneur et rituel initiatiques… Avec en prime un audacieux duo : Vincent Cassel y joue le rôle du fils du chef de gang machiavélique et alcoolique ; tandis que Viggo Mortensen y excelle en tant qu’homme de main à la fois froid, sombre et attachant.

Bien ficelé, ce thriller contient quelques scènes qui pourront choquer les plus sensibles, mais ce n’est pas une raison pour se priver de ce film qui tient toutes ses promesses.

Guillaume De Pauw