Les nouvelles pépites du cinéma turc accessibles en ligne et gratuitement grâce à !f Istanbul

Article publié le 18 février 2016
Article publié le 18 février 2016

Beau cadeau en guise d’apéritif, le festival du film indépendant d’Istanbul rend visible sur internet et gratuitement les dernières pépites underground du cinéma turc. N’importe où dans le monde, à partir d’aujourd’hui et pendant 10 jours, la Turquie vient à vous.

Chaque année, les places s’arrachent en quelques heures pour les séances du !f Istanbul Independant Film Festival. Il faut dire que c’est l’un des rares moments de l’année célébrant en Turquie les réalisateurs émergents du monde entier sans réelle concession : de la science-fiction au film expérimental, des questions de sexualité aux revendications kurdes, encore et toujours en 2016 le festival insuffle liberté et créativité dans la capitale culturelle du pays.

Pour s’affranchir de tout élitisme stambouliote, !f Istanbul pose déjà ses bobines à Ankara, à Izmir et organise des projections dans plus de 30 villes en Turquie, en Palestine, à Chypre et en Arménie. Mais cette année, le festival va encore plus loin dans son ambition et profite du web 2.0 pour faire découvrir sa sélection du « nouveau cinéma subversif turc » au monde entier. L’interface, Festival Scope, est une excitante nouveauté de l’internet que l’on aime : gratuite, accessible et mondiale. Déjà expérimentée avec succès pendant les festivals de Venise et Rotterdam, son but est « d’apporter un cinéma indépendant et de qualité aux cinéphiles enthousiastes du monde entier ».

Du 18 au 28 février, ce sont 7 longs-métrages et une sélection de courts-métrages turcs qui seront accessibles sur la plateforme. « Le but est de permettre à un public plus large de découvrir les nouveautés du cinéma turc auquel il serait autrement difficile d’accéder » selon la directrice du festival. Il est vrai que vous pourriez définitivement passer à côté de Hidden d’Ali Kemal Çınar, film kurde traitant des questions de genre ou bien encore de #resistayol, le documentaire de Rüzgâr Buşki sur des militants LGBTI, filmé pendant les manifestations de Gezi en 2013. Outre les sujets de société brûlants, il y a entre autres du thriller avec Nekro (Pınar Sinan) ou de l’horreur avec Naciye (Lütfü Emre Çiçek). Un conseil, consultez la liste complète sur la page dédiée de Festival Scope et réservez vos séances tout de suite : chaque film ne sera projeté qu’à 400 spectateurs maximum, « comme dans une vraie salle de cinéma » se défendent les organisateurs.

Outre la potentielle déception de ne pas réserver à temps, notez aussi que les adresses IP turques ne pourront avoir accès ce programme. Alors à vous honnêtes résidants refusant d’enfreindre la loi à coups de VPN : courrez dans les vraies salles et/ou vivez le festival par procuration en suivant cafébabel Istanbul tout au long de la dizaine.