Les memères

Article publié le 18 décembre 2007
Article publié le 18 décembre 2007
" Il est l’heure pour toute mémère qui se respecte de revêtir sa tenue de combat : enfiler ses sabots en plastique et son tablier à rayure, empoigner le balais et se lancer à l’assaut du trottoir. Les serpillières sont à l’oeuvre, les baquets se déversent dans le caniveau. En cinq minutes la rue est lavée à grande eau.
Il est temps alors d’aller en courses, de déposer son tablier et de remettre un peu d’ordre dans ses cheveux pour ne rater sous aucun prétexte le rendez-vous matinal.

Postée au carrefour, la ménagère observe dans toutes les directions, à l’affût d’un événement. Elle guette la rencontre fortuite qui ne se fait jamais trop attendre. Une commère revenant du marché s’approche d’un pas vif, talonnée par une voisine affable. Toutes deux posent leurs paniers de courses à terre pour passer en revue les dernières nouvelles du quartier.

De grands gestes et toutes sortes de mimiques viennent étoffer ces propos. Elles s’apprêtent à partir toutes les cinq minutes, faisant mine de ramasser leurs sacs, marquant l’impulsion du départ mais elles sont toujours retenues par la manche et restent encore cinq, dix, quinze minutes de plus. La matinée est toujours trop courte.

Alors, de retour à le maison, les mémères sortent leur chaise dans la rue et s’installent dans le rayon de soleil pour discuter en toute quiétude des cancans de la veille."

Texte de Géraldine Garçon, artiste française basée à Barcelone qui fait des créations artistiques sur la vie quotidienne dans les villes où elle habite

Ce texte est la première d'une suite de portraits de la ville barcelonaise crées par des européens. Est-tu amoureux de Barcelone? Participe dans la rédaction du blog de Barcelone de cafebabel.com