Les faussaires accros à l’Euro

Article publié le 12 décembre 2008
Article publié le 12 décembre 2008
Une commission parlementaire centrée sur les problèmes économiques et monétaires, Econ, a voté le mois dernier une motion pour lutter contre la fabrication de fausse monnaie. Du préventif.

En Italie, l'histoire des faussaires est bien connue : les faux deniers se fabriquent depuis la Rome antique. D'ailleurs une exposition, intitulée Le vrai et le faux, a récemment été consacrée à ce phénomène au musée historique des Fiamme Gialle à Rome. Aujourd’hui, le billet le plus imité est celui de 500 euros, et de manière surprenante, c'est en Espagne qu'on en trouve le plus. Aujourd’hui, cette pratique crapuleuse inquiète un eurodéputé irlandais du groupe Union pour l'Europe des Nations (Fianna Fáil Party), Eoin Ryan. Il a déclaré dans une interview le 3 décembre dernier avoir déjà vu des fausses Livres irlandaises. Selon Ryan, le risque de falsification est plus élevé encore dans les pays où l'Euro n'est pas encore la monnaie officielle.