Les elfes aussi ont des droits ! Voyage dans le Nord superstitieux. Partie 1

Article publié le 28 juillet 2014
Article publié le 28 juillet 2014

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Qui se bat donc pour les droits des elfes et autres êtres fantastiques ? Le lobby des elfes, bien sûr. Ce qui sonne comme une nouvelle lubie sortie tout droit de Big Bang Theory est la réalité en Islande. Alors allons-y ! Départ pour l'île de feu et de glace, notre première étape d'un voyage dans le Nord superstitieux.

Hul­dufólk - Les citoyens "cachés" d'Islande

S'il y avait un classement des opposants les plus dangereux aux grands projets de construction, les protecteurs des animaux seraient très vraisemblablement tout en haut. Soudain, des espèces de chauves-souris et d'amphibiens, qui n'avaient même pas particulièrement intéressé les associations locales de protection des animaux  avant le projet de construction, se retrouvent au centre du débat. Alors que nous nous sommes habitués depuis déjà longtemps à de tels débats sur le continent, on pourrait sérieusement se demander si les journaliste de The Independant ne se sont pas autorisé une blaque avec cette une : "Un projet de construction de route interrompu en Islande pour la protection des elfes 'cachés'". Mais non, l'Islande est bel et bien habitée du Hul­dufólk, ce qui signifie "les hommes cachés". Toujours est-il que, d'après certains sondages, un peu plus de la moitié des Islandais croient à leur étrange existence. Ce "lobby" compte ainsi environ 150 000 membres dans toute l'Islande. En raison de cette forte influence, la nouvelle route reliant la capitale Reykjavik à la presqu'île de Álf­ta­nes a du être interrompue en 2013. Les activistes luttant pour les elfes ont exigé que l'on laisse aux elfes installés ici le temps de déménager.

Pour expliquer cela...

... il faudrait d'abord dire que l'atmosphère irréelle de l'île, avec ses geysers jaillissants, ses chutes dont l'eau est semblable à du velours blanc et sa lave rouge incandescent coulant à travers l'herbe tendre, avait déjà envoûté les vieux Vikings. Ces hommes du Nord étaient habitués aux longs hivers dans leurs terres d'origine en Scandinavie, où l'on aimer occuper ces mois sombres à se raconter des légendes avec talent. Ces récits, dans lesquels grouillaient trolls, nains et elfes, n'avaient rien à envier aux mythes des Grecs et des Romains. Et ils ont survécu même après la christianisation du nord de l'Europe. Le Hul­dufólk était si important qu'il est aussi apparu dans des récits chrétiens. L'Église n'a jamais rien entrepris contre les êtres invisibles, mais les Islandais savent quand même que le peuple "caché" préfère éviter les églises et les chapelles.

La tendance continue...                                                                      Aujourd'hui, les Islandais perçoivent toujours des géants dans des formations rocheuses étranges et des maisons d'elfes dans les chaînes de collines : toute l'île est pour eux un monde parallèle entre le monde des hommes et le monde mythique du Hul­dufólk. Ces êtres vivent totalement en paix au côté des hommes, mais ils peuvent devenir extrêmement intenables si un projet de construction menace à nouveau leur propriété "cachée". Les travailleurs du chantier font alors le récit de machines cassées et de mystérieux cas de maladies dans l'équipe. Que font alors les Islandais en cas de conflit ? Ils appellent un médiateur.                                                                                                                                                                        La chef de ces "diplomates" est depuis des décennies Erla Stefánsdóttir, qui est aussi souvent désignée comme "représentante des elfes" dans la presse allemande. Elle négocie avec les elfes résidant sur place et les convaint de déménager, ce qui se fait évidemment aux frais des constructeurs. Ainsi, de nombreuses rues et cours se retrouvent bordées de collines artificielles et de constructions de pierres. Les êtres fantastiques emménagent ensuite dans ces "nouvelles constructions", les pelleteuses recommencent à creuser et la toux du travailleur disparaît de manière miraculeuse... même sans utiliser pour cela de pastilles pour la gorge. C'est aussi simple que cela.

Celui qui croit que le travail de madame Stefánsdóttir dans le champ de la médiation s'épuise devrait consulter plus précisément la page de l'Elf­school de Reykjavik. En plus des cours en communication avec les elfes proposés et des certificats liés à ces cours, on peut se renseigner sur des "cas précédents", c'est-à-dire des expériences avec les elfes, les plus variés qui soient.

Il se fait temps, hissez les voiles ! 

Les Islandais ne sont pas les seuls à avoir une imagination florissante au sujet des superstitions et des mondes mythologiques, de telles curiosités se retrouvent aussi en Scandinavie. Navigons donc pour la deuxième partie en direction du Sud, pour découvrir d'autres peuples "cachés", la magie des nombres et des malédictions inquiétantes.

VI SES !