Les élections générales et la question du Brexit au Royaume-Uni

Article publié le 14 juin 2017
Article publié le 14 juin 2017

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Cet article décrit brièvement la situation politique actuelle au Royaume-Uni, notamment l'élection d'un nouveau Premier ministre et la question du Brexit.

La Première ministre du Royaume-Uni, Theresa May, a convoqué des élections anticipées qui se sont déroulées le 8 juin. L'annonce faite par l'actuelle Première ministre était empreinte de gravité et de courage. Elle a ainsi déclaré que les élections à venir auraient une importance capitale pour la nation tout entière. Les électeurs sont appelés à choisir entre un gouvernement fort et stable avec Theresa May à sa tête ou un gouvernement faible et instable dirigé par son principal adversaire, Jeremy Corbin. La tension était forte et le demeure. Un événement historique de cette ampleur ferait un bon sujet pour les essayistes. Il y a, en effet, beaucoup à écrire sur le sujet.

Une telle déclaration n'a fait qu'ajouter de l'huile sur le feu. Chaque vote accordé aux Conservateurs renforcerait Mme May lors des négociations avec les présidents, les Premiers ministres et les autres dirigeants des différents pays de l'Union européenne.

Mme May a mis l'accent sur trois problèmes auxquels était confronté, aujourd'hui comme hier, tout Premier ministre. A savoir:

1. L'après-Brexit. Sous condition que le Brexit devienne réalité, il serait capital de refonder la vie du pays après plus de 40 années d'adhésion à l'UE. Ceci aura un impact majeur sur l'économie et les liens diplomatiques.

2. Préserver l'unité du Royaume-Uni. Avec la sortie de l'UE, le Royaume-Uni risque de se désintégrer et son dirigeant a pour devoir d'en garantir l'unité.

3. Rétablir le dialogue entre les camps opposés lors du référendum sur l'UE. Depuis le référendum sur l'UE qui a lieu l'année dernière, les divisions et l'opposition sont fortes entre les deux camps, dont les visions sont radicalement opposées sur ce sujet.

Une attention particulière devrait être portée aux négociations sur le Brexit. Le Brexit est une situation inédite, conséquence du vote d'une majorité de citoyens en faveur d'un retrait de l'Union européenne. Il va sans dire qu'un tel événement est exceptionnel et qu'il devrait être géré avec la plus grande prudence. Tout laisse à penser que c'est ce qui adviendra.

La victoire de Mme May semblait acquise. Cependant, aucun parti n'est sorti clairement vainqueur du scrutin, même si Mme May a remporté plus de sièges que son adversaire. 

La question de l'Ecosse et de l'Irlande

La décision de convoquer des élections anticipées a eu une influence majeure sur la position de l'Ecosse et de l'Irlande du nord.

Il semble que les Conservateurs aient les faveurs des Ecossais. Selon eux, ce parti leur permettrait d'exprimer leur opposition à la tenue d'un second référendum écossais avec davantage de force et d'efficacité. Les élections générales doivent définir les futures orientations politiques de l'Ecosse, ce qui donnera une vision plus claire sur la politique à mener dans le pays.

Pour ce qui est de l'Irlande du nord, cette question, qui demeure le problème majeur de cette partie du Royaume-Uni, est aussi d'actualité. Le Brexit aura certainement une influence sur l'avenir de chaque nation. Or les Irlandais sont plus sensibles à la question des frontières, qui seraient sans doute renforcées après les négociations du Brexit.

Il existe une division forte entre Catholiques et Protestants. Les premiers ont voté pour le maintien au sein de l'UE, tandis que les seconds se sont exprimés en faveur de la sortie. Quoi qu'il en soit, la question du Brexit est capitale. Aujourd'hui, les gens ne comprennent pas exactement quelle est la direction à prendre et restent neutres.

Toute cette situation est compliquée pour chaque nation du Royaume. De nombreux problèmes existent déjà. Bien que les élections soient passées, de nombreux points restent à éclaircir et d'autres difficultés risquent de surgir. La plus grande interrogation porte sur la façon dont le gouvernement va y faire face.