Les deux communautés de Bruxelles réunies à l’ombre de l’Iris

Article publié le 10 mai 2010
Article publié le 10 mai 2010
Article de Désirée Ketabchi Photo : © martin_vmorris / Flickr Pendant son discours d’inauguration de la Fête de l’Iris, Charles Piqué, le Ministre-président de la Région bruxelloise, a décrit Bruxelles comme un exemple de bonne entente entre les deux communautés.
La Fête de l’Iris, qui a eu lieu samedi 8 et dimanche 9 mai, et qui proposait des concerts, des activités et des spectacles de rue, s’est déroulée dans une atmosphère festive et pacifique.

Dimanche, je décide de passer mon après-midi à la Fête de l’Iris. Je regarde le programme sur Internet, le choix est grand : promenade à vélo, concerts, apéro, il y en a pour tous les goûts ! Ca reflète bien l’idée que je me suis faite de cette ville cosmopolite : une ville à mesure d’homme, toujours vivante et en mouvement.

Je commence par une promenade vers le Parlement bruxellois, ouvert au public pour l’occasion. Je me dirige vers le Mont des Arts, et je vois tout de suite que tout le monde va dans la même direction que moi ! Le public est assez varié, je rencontre des gens de plus au moins tous les âges, et aussi des touristes, qui ont la chance de découvrir Bruxelles en ce weekend de fête. Les rues sont animées. En descendant vers le Parlement je m’arrête pour voir les spectacles de rue.

Visiter un bâtiment historique exerce toujours sur moi une certaine fascination. Je monte le double escalier, et j’arrive à la salle des glaces, dont les fenêtres donnent sur un petit jardin. La salle résonne de musique classique, je me retrouve à imaginer un bal du 18ème siècle. Ensuite je monte sur la terrasse qui offre une vue merveilleuse.

Après avoir terminé la visite du Parlement, je me dirige vers la Place du Musée, destination Piknik électronique. Ici, le public est beaucoup moins varié, il n’y a pratiquement que des jeunes entre 20 et 30 ans, assis sur le gazon qui couvre la place. L’atmosphère est agréable : les gens discutent, boivent et dansent au rythme de la musique électronique. Personne ne se dispute, personne ne s’énerve avec son voisin, on profite du week-end, on arrive même à oublier que c’est dimanche, et que demain il faudra aller travailler…

Sur la Place Royale, un apéro urbain fait concurrence au Piknik électronique. Même ambiance joviale ici, un peu plus de confort pour ceux qui veulent s’asseoir à une table ou profiter d’un transat.

Ma soirée se termine avec un concert sur la Place des Palais. Je n’aurais jamais pensé à cet endroit pour un concert, mais je dois dire qu’il s’y prête parfaitement. Je découvre un groupe français que je ne connaissais pas, Nouvelle Vague, qui reprend des titres connus en version bossa nova. Le concert se termine à 23 heures, je suis triste que la journée soit finie, mais nous sommes dimanche, le weekend est fini et il faut se préparer pour la nouvelle semaine qui commence.