Les choses sérieuses ont véritablement commencé... C’était lundi, c’était aux Champs-Libres de Rennes et c’était une belle cérémonie d’ouverture !

Article publié le 29 octobre 2008
Publié par la communauté
Article publié le 29 octobre 2008
LUNDI 27 OCTOBRE, 59è SI à Rennes Les organisateurs avaient mis les petits plats dans les grands pour cette cérémonie. Dans une salle chaleureuse, les délégués ont eu la chance d’écouter les interventions des invités officiels (M. Darcos, Ministre de l’Education nationale ; Mme Lambert, Députée européenne ; M.
Delaveau, Maire de Rennes) et des PEJistes (Samuel Sieber, Président de la session ; Guillaume Borie, Président du PEJ-France ; Estelle Garrau et Xavier Le Garrec, co-organisateurs en chef de la session internationale).

M. Darcos a insisté sur la volonté du Ministère de favoriser la mobilité de tous les jeunes (étudiants, apprentis, etc.), clef de l’ouverture et de l’échange. Il a aussi insisté sur sa volonté d’améliorer l’apprentissage des langues étrangères au pays de Molière.

Le Ministre est ensuite revenu sur l’intérêt qu’il portait à l’action du PEJ-France, rappelant l’importance de la neutralité et celle de toucher des publics divers ; avant de signer avec M. Borie une convention-cadre pour faciliter l’intervention du PEJ-France dans les lycées.

M. Darcos a ensuite pris le temps d’échanger avec les jeunes parlementaires. Bien sûr la question des langues est revenue sur la table… et que l’on rassure nos amis européens, oui nous ferons des efforts pour nous exprimer en Anglais, Allemand… et peut-être même Polonais ! Interrogé sur le rôle des professeurs dans la sensibilisation à l’Europe lors de la scolarité, il a encouragé à leur mobilité, pour qu’ils connaissent l’Europe comme leur poche et puissent en parler avec naturellement et facilement.

Autre intervenante, la Députée britannique du Parlement européen, Ms. Jean Lambert (Royaume-Uni), a livré un discours sincère et engagé. Rappelant que la politique était l’affaire de tous, elle a souligné l’importance pour chacun de s’engager, quelque soit l’échelle, quelque soit la cause que l’on défende ou les idées qui nous animent.

Tous ont rappelé aux quelques 300 délégués la chance que représentait leur participation à la session. Leurs souhaitant de profiter de cette expérience unique, ils les ont ensuite laissés prendre le chemin des débats en commissions… des débats fructueux, cordiaux et constructifs il va sans dire.