Les 35 euro-députés – cap sur Strasbourg (article du 14-12-07)

Article publié le 28 décembre 2007
Publié par la communauté
Article publié le 28 décembre 2007
C’était, aujourd’hui, le premier jour de travail des 35 euro-parlementaires chargés de représenter la Roumaine au Parlement européen suite aux élections du 25 novembre.   Le grand gagnant de ces élections est le Parti Démocrate qui a envoyé au Parlement européen le plus grand nombre d’euro-députés, c'est-à-dire 13.
La seconde place revient au Parti Social Démocrate avec 10 euro-députés, suivi par le Parti Libéral Démocrate avec trois membres, deux autres appartenant à l’Union Démocratique des Hongrois de Roumanie. A côté de ces partis, l’on trouve l’euro-député indépendant, Lazlo Tokes, représentant également la communauté hongroise de Roumanie.

 

Les europ-parlementaires du PD et de l’UDMR feront partie de la famille européenne du Parti Populaire, le PDS rejoindra le PES et le Parti National Libéral le group ALDE.

L’écart entre les résultats de vote des deux premiers partis ne semble pas avoir été si significatif, mais ceci est principalement dû à des jeux politiques.

Le PD a obtenu 28.81% des voix, bien que les sondages aient fait une estimation comprise entre 35 et 40%, alors que le PSD a emporté 23.11% des suffrages, contrairement aux pronostiques qui annonçaient entre 19 et 21%. Malgré tout, le président du parti, Mircea Geoana, s’est déclaré insatisfait des résultats, soutenant que le PSD méritait la première place.

En réalité, le PSD a réalisé là son plus mauvais score. Cela s’explique, d’une part, par les ruptures internes au parti, aux voix hésitantes en son sein (des différences d’opinion entre ses membres – faut-il soutenir le PNL ou non, faut-il entamer des négociations pour entrer au gouvernement) et au manque d’autorité de Mircea Geoana, d’autre part. De plus, leur campagne électorale a été faible avec une utilisation minimaliste des ressources financières, ce qui explique que l’électorat n’ait pu être convaincu de donner son vote.

Quant au PD, bien que gagnant de ces élections, son pourcentage s’est avéré étonnamment bas. C’est là la conséquence de la décision prise par Traian Basescu, (ancien président du parti et actuel chef d’Etat), d’imposer aux démocrates de soutenir le PLD pendant la campagne électorale. Obéissant aux ordres, les démocrates ont influencé leur propre électorat afin qu’il vote pour le parti nouvellement créé, donnant au PLD les espaces électoraux qu’ils avaient eux-mêmes achetés et envoyant leurs partisans aux manifestations organisées par le PLD pendant la campagne.

Selon les analystes, le PD a perdu 4% de ses votes en agissant ainsi. Beaucoup de leaders du PD se sont déclarés mécontents de la stratégie adoptée par Traian Basescu.

La conciliation a eu lieu cette semaine avec la fusion du PD et du PLD au sein du Parti Libéral Démocrate (PDL).

Les grands perdants incapable de dépasser les seuils d’accessibilité sont : le Grand Parti Roumain (PRM) qui n’a obtenu aucun siège au Parlement européen avec seulement 4.5%, et le Parti Nouvelle Génération (PNG) de Gigi Becali (président du club de football de Steaua) avec 4.85%.

Le taux de participation aux élections parlementaires européennes a été très faible, seulement 29.46% de la population a pris part au vote. C’est là un phénomène naturel que l’on retrouve dans d’autres pays membres lors de ces mêmes élections.

Camelia Paraschiv / The 35 euro-parliamentaries - on their way to Strasbourg

Traduction de l’anglais par Sophie Helbert