Les 10 bonnes raisons de ne pas draguer à Berlin

Article publié le 12 décembre 2014
Article publié le 12 décembre 2014

À lire tous les articles sur la drague, on pourrait croire que Berlin serait la capitale interplanétaire du sexe (ah, on me fait signe qu’en fait oui, bon…). N’empêche, il y a aussi des paresseux, des pas-doués ou des je-m’en-foutistes. Pour éviter de mettre la pression sur ces pauvres âmes, voici dix raisons pour ne pas draguer à Berlin. L’apologie de la grosse feignasse de la séduction.

1 – Eh mec, tu as vu le prix des loyers à Berlin ? Vu le taux horaire d’occupation de ton appart, il faut absolument que tu amortisses l’investissement. Alors pas moyen que tu sortes ce soir, ni demain, ni ce week-end. Et si, par le plus grand des hasards, une meuf veut finalement venir squatter chez toi, elle paye sa part. Eh ouais, c’est comme ça. Voilà, comme ça, c’est bon, tu es sûr de bien éviter tout plan drague.

2 – Quand tu es Français, tu es habitué au bon goût, à la finesse, à l’élégance, donc tu sais que conquérir la demoiselle, ça se fait à base de « Eh, tu me files ton 06 ». Donc, du coup, t’a déjà essayé en Allemagne. Sauf que les numéros en 06, c’est la région de Hesse. Désolé, mais les relations Berlin-Francfort, bof.

3 – Tu es trentenaire, donc tous les gens que tu connais sont maqués, les gens que les gens connaissent sont maqués. Les gens que les gens connaissent et les gens que tu connais connaissent sont aussi tous maqués. C’est ce qu’on appelle l’effet Mac3. Bref, tout le monde est maqué, tes potes pourront pas t’aider.

3bis – Bon, t’insiste, je concrétise le point 3 : la fille que tu trouvais sympa au mariage de Régis, elle vient d’emménager avec son copain manageur de projet/consultant/lobbyiste. La petite blonde qui vient d’être embauchée au 2e étage : 2 enfants. Ouais, à 28 ans, ouais ouais. Celle que tu as repérée à la boulangerie la semaine dernière vient de commencer un prêt sur une  maison avec son mari. Je te le dis, gars :  jusqu’à la première vague de divorces, le marché est bouché, n’essaye même pas.

5 (oh, mais, attends, il a oublié le point 4. C'est bien, t'as suivi, c'était juste pour voir si tu suivais!) – Tu es Français (ça marche avec Portugais, Espagnol, Italien, Suédois), gars, tu es rare, tu es recherché, regarde, il n’y a presque aucun Français à Berlin (ah, on me fait signe que si, en fait). Mais bon : c’est toi que les gens viendront chercher. Donc, reste tranquille peinard, sur ton canap’, t’inquiète pas, les groupies viendront bientôt sonner à ta porte. Si, si, sûr. Là, écoute : ... Ah, non, c’est le voisin qui descend les poubelles. Bon, la prochaine, c’est sûr, c’est pour toi, bouge pas.

6 – N'essaye pas les rencontres sur Internet non plus. Tu te souviens de Pamela, la jeune américaine avec qui tu t’entendais trop bien ? Y avait comme une sorte de connexion entre vous, vous vous tapiez des fous rires à des heures pas possible ? Ouais, même que tu lui avais filé 500 € par Western Union pour aider sa grand-mère qu’était vraiment en galère. Ouais, tu te souviens que tu avais commencé à sentir l’embrouille quand elle t’avait demandé ton code PIN pour pouvoir verser l’héritage d’un grand-oncle richissime mort en Papouasie Nouvelle Guinée ? Ouais, bon, donc arrête.

7 – Bon, là, c’est pas vraiment le moment, parce que t’es sur un gros, gros projet au boulot. Tu peux pas en dire plus, mais ça va être un projet collaboratif, avec du crowdfunding, du cross-medial et du product-sharing. Ouais, ouais, mais quand tout ça sera fini, tu t’y mettras. Promis. Ouais, c’est ça, en même temps que le jogging, que ton abonnement à Fitness First, apprendre une langue étrangère exotique, manger des légumes et lire de nouveau un vrai bouquin. (Non, relire pour la 5e fois le Seigneur des Anneaux, ça ne compte pas, même pas la version anglaise.)

8 – Berlin, c’est super grand, alors c’est bien simple, toutes les meufs qu’habitent pas dans ton Kiez, que dis-je ta rue, c’est même pas la peine. Pas envie de te taper un marathon à chaque fois que tu rentres chez toi. Attends, tu as déjà fait Friedrichshain-Wedding, passé 22 heures en semaine, toi ? Ouais, ouais, non, tu fais bien de laisser tomber, tu risquerais de tomber malade d’épuisement.

9 – Dans un plan drague, à un moment ou un autre, il va falloir danser. Si, forcément, à un moment, ça va te tomber dessus. Au mariage de ton pote du lycée, dans une boîte de Berlin que tu penses toujours branchée. Et le truc, c'est que tu sais pas danser. Non, crois-moi, tu sais pas danser. Non, le robot, la macarena et Waka Waka, c'est pas ce qu'on appelle danser. Non, je veux pas que tu me montres, non, arrête.

10 - De toutes façons, pas la peine d'aller affronter une armée de râteaux, de risquer de te prendre une horde de vents, de te retrouver aussi souvent plaqué qu'une équipe de rugby d'Allemagne  (si, si, ca existe pour de vrai) face aux All Blacks : car ton objectif suprême, ton Graal perso, allez, soyons fous, ta raison d'être, c'est de pé-cho le 06 de Scarlett Johansson ! Et jusque-là, préserve ton énergie, car tu en auras besoin. Et, justement, tiens-toi bien, elle vient tout juste de plaquer son mec et a décidé de s'installer à Berlin pour refaire sa vie ! Oh, oh, non, mais évidemment, que j'déconne, arrête tout de suite de danser Las Ketchup pour fêter ça. Arrête, ça va mal finir !

Flirter à Berlin : Top ou flop?

Les Allemands ne savent pas flirter ? Un préjugé vieux comme le monde et malgré tout tenace. Cafébabel se présente pour piétiner une bonne fois pour toutes la misère de l'amour. Si vous croyez avoir trouvé LA stratégie de flirt, envoyez-nous un e-mail à  berlin@cafebabel.com!