L'Érythrée, l'oubliée

Article publié le 23 septembre 2015
Article publié le 23 septembre 2015

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Méconnu et ignoré des médias occidentaux, le pays a pourtant fourni, en 2013 et en 2014, le deuxième contingent de migrants aux portes de l'Europe, après la Syrie. Parfois surnommée « la Corée du Nord africaine », l’Erythrée a vu son nombre de migrants tripler entre 2013 et 2014, avec une augmentation de plus de 2000% entre 2011 et 2014 (1). Survol de la situation.

Situé dans la corne de l’Afrique, le pays est peuplé de plus de 6 millions d’habitants. Depuis son indépendance en 1993, l’Erythrée est sous l’emprise d’une dictature militaire, avec à sa tête Issayas Afeworki, qui dirige le pays d’une main de fer.  

Dans ce pays où la Constitution n’est jamais entrée en vigueur, la presse internationale est jugée indésirable et les médias sont totalement muselés. Ainsi, l’Erythrée est à la dernière place du classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières (2).

La fin de la guerre avec l’Ethiopie, qui a fait plus de 100 000 morts entre 1998 et 2000, a été l’occasion pour le régime despotique de maintenir un État d’urgence et d’exception permanent, justifiant ainsi son autoritarisme. Le pays, véritable prison à ciel ouvert, a instauré en 2002 le service militaire à durée indéfinie. L’ensemble de la population est ainsi asservie.

Rafles, emprisonnements arbitraires et tortures sont monnaie courante. Les violations des droits de l’homme sont ainsi permanentes. Selon Amnesty International, il n’y aurait pas moins de 10 000 prisonniers politiques qui seraient détenus dans des conditions inhumaines et inimaginables.

On peut donc comprendre que les Erythréens cherchent à fuir ce pays. Mais c’est au péril de leur vie qu’ils entreprennent ce départ ; les frontières, complètement fermées, sont surveillées par des gardes-frontières qui ont ordre de tirer à vue sur ceux qui chercheraient à s’échapper. Et, pour ceux qui parviennent à fuir, ce n'est souvent que le début d'un long voyage...

(1) http://frontex.europa.eu/assets/Publications/Risk_Analysis/Annual_Risk_Analysis_2015.pdf

(2) http://fr.rsf.org/erythree-l-erythree-dernier-pays-au-11-06-2015,48000.html