Législatives en Hongrie: à droite toute !

Article publié le 12 avril 2010
Article publié le 12 avril 2010

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

52,7% des suffrages pour le parti conservateur de droite, l'Alliance des jeunes démocrates (Fidesz), 16,7% pour le Jobbik, parti de la droite radicale, les résultats du premier tour des élections législatives dimanche 11 avril est un échec pour les socialistes au pouvoir, qui s’en tirent avec 19,3% des suffrages.
Vue d’Europe, c’est un renouveau historique pour la Hongrie, mais beaucoup craignent un réveil douloureux.

Magyar Nemzet - Hongrie: Parfum de nouvelle ère

Après la victoire du parti conservateur de droite, l'Alliance des jeunes démocrates (Fidesz), mené par Viktor Orbán, la Hongrie peut se mettre en route vers de nouveaux horizons, estime le quotidien conservateur Magyar Nemzet, proche du Fidesz : « C'est une élection historique, Hongrie ! … Cette élection, de par son importance, peut être comparée à un "changement de système" similaire à celui de 1989. Aucun parti ni aucune alliance de partis n'était parvenu à un tel résultat dans le cadre d'élections nationales et libres. La majorité parlementaire des deux tiers est à la portée de Viktor Orbán et du Fidesz. Il est acquis que les jeunes démocrates pourront gouverner au cours des quatre prochaines années sans obligation de former une coalition. … Le résultat du parti d'extrême droite Jobbik marque également une nouvelle ère. L'entrée sur la scène politique du Jobbik correspond à une nouvelle force qui représente un radicalisme hostile au système : ce parti d'extrême droite exprime la colère, les déceptions et les problèmes irrésolus des dernières années et des dernières décennies. »

(Article publié le 12.04.2010) 

Pravda - Slovaquie: Bienvenue à « Orbánland »

Les électeurs hongrois ont voté pour l'alternance à droite. Les conservateurs de l'Alliance des jeunes démocrates de Viktor Orbán (Fidesz) et le parti d'extrême droite Jobbik ont à eux deux obtenu près de 70 pour cent des voix. Il en résulte des pouvoirs immenses, estime le quotidien de gauche Pravda : « Depuis la chute du communisme, personne n'avait disposé d'autant de pouvoir en Hongrie que Viktor Orbán. "Nous nous réveillerons lundi dans un autre pays", a-t-il annoncé lui-même. Il est clair dès le premier tour du scrutin que cette déclaration n'est pas exagérée. Dans la politique hongroise post-transition, tout a changé fondamentalement. … Les Hongrois n'ont pas seulement sanctionné les huit années infructueuses de gouvernement socialiste, mais aussi le système actuel des deux grands partis. … Tout est différent désormais. Il ne reste que l'un des deux sur la scène politique. Les Hongrois se sont réveillés à Orbánland. »

(Article publié le 12.04.2010)

Der paramilitärische Arm der rechtsextremen Partei Jobbik ist seit 2009 offiziell verboten

La Repubblica - Italie: Jobbik, le vote des insatisfaits

Avec 16,7 pour cent des voix, le parti d'extrême droite Jobbik est le véritable vainqueur des élections législatives en Hongrie, écrit le quotidien progressiste de gauche La Repubblica : « Le parti, sous la direction de Gabor Vona, âgé de 31 ans, ne cache pas le moins du monde ses penchants racistes et ses liens étroits avec des organisations paramilitaires comme la Nouvelle garde hongroise [issue de la Garde hongroise interdite en 2009]. Il a pourtant pu dépasser pour la première fois la barrière des cinq pour cent. Le Jobbik a surtout profité des nouvelles tensions ethniques avec la Slovaquie voisine et de la nouvelle insatisfaction qui a saisi le pays, après que celui-ci n'a pu être sauvé de la faillite à l'automne 2008 que grâce à des aides de l'UE et du Fonds monétaire international. En 2009, la récession a entraîné une baisse du produit intérieur brut de six pour cent tandis que le taux de chômage a atteint 11,3 pour cent. Même si les experts sont certes certains que le pire est passé, beaucoup ont pourtant préféré croire aux promesses de Vona. »

(Article publié le 12.04.2010) 

Kurier - Autriche: Une victoire à confirmer

Après la nette victoire du parti conservateur de droite Fidesz mené par Viktor Orbán, la Hongrie a désormais besoin d'une politique de consensus, écrit le quotidien Kurier : « Si après le décompte de toutes les voix, Viktor Orbán est en mesure de revendiquer la victoire annoncée, il n'aura pas beaucoup le temps de jubiler. Donc terminées aussi les déclarations assassines contre ceux qui détenaient jusqu'alors les rênes du pouvoir. … Les réformes économiques, la modernisation de la santé et de l'éducation sont inévitables. Les conservateurs le savent également. Il faut donc qu'ils poursuivent les mesures entreprises par le Premier ministre de transition Gordon Bajnai. Les questions sensibles demeurent : Orbán évoluera-t-il de nouveau vers le centre et se démarquera-t-il de ses alliés de droite ? Restera-t-il un partisan de la division ou bien parviendra-t-il à établir la cohésion sociale ? Sans cette dernière, les individus ne pourront pas supporter les difficultés existantes - et Orbán échouera, à l'instar des socialistes aujourd'hui. »

(Article publié le 11.04.2010)

Photos: ©antaldaniel/flickr; ©daskar/flickr