Le seul vrai cadeau...

Article publié le 12 décembre 2014
Article publié le 12 décembre 2014

Le seul vrai cadeau est la liberté de choisir

Texte proposé par Jean-François Coudret

            La période des cadeaux approche avec sa frénésie du clinquant, du papier le plus chic, du bolduc le plus doré, avec sa féerie des lumières qui clignotent, et avec les produits les plus luxueux bradés en apparence mais qui restent l’apanage d’une élite. Tout scintille. Soudain tout paraît beau, tout paraît gentil… mais ne le paraît même pas pour tout le monde et l’est réellement encore moins pour beaucoup d’êtres humains. Seul nous manque souvent la lumière d’une étoile véritable pour nous guider dans la nuit de tous ces beaux mensonges.

            Le seul vrai cadeau n’est-il pas de rendre à chacun ce qui lui appartient de droit au lieu de l’en priver et de se donner l’air de lui restituer, et pour la gloire de qui ?

            Partout, des faiseurs de rêve dépossèdent les humains de ce qu’ils ont de plus précieux : non seulement le droit à la vie mais le droit de la choisir.

De séduisants menteurs s’emploient à faire croire qu’ils sont les seuls à détenir ce droit et s’octroient celui de simuler de l’accorder aux autres en cadeau.

Non pas de l’offrir, ce cadeau et tous les autres, car les bénéficiaires seraient alors libres de choisir de les prendre alors qu’ils s’avèrent souvent en réalité être « moins » qu’un cadeau.

Le seul vrai cadeau est la liberté de choisir… mais celle qui n’enfreint pas celle des autres.

Il y a beaucoup de portes à ouvrir et de barrières à renverser pour permettre à chacun de bénéficier de ce seul vrai cadeau.

Certaines nations, pour certains pseudos intérêts matériels, n’hésitent pas à en condamner d’autres, et pas forcément minoritaires, et les réduisent au silence avec la complicité des médias, et souvent par la force, en prétendant servir le bien-être d’une « majorité ».

Ces intérêts matériels donnent la possibilité de se déplacer, de se chauffer, de se nourrir, de se soigner, de se protéger de toute agression évitable et humaine, ou inévitable et résultant de l’environnement, qui, de manière anecdotique ou permanente, ne la permette de toutes façons pas.

De plus, dans notre monde actuel, la prétendue majorité est souvent le parti imposé par la force, déguisée ou manifeste.

L’habitude fait perdre conscience de ses emprisonnements à l’humanité. Et chaque société a les siens.

Si les lumières factices clignotent, n’est-ce pas parce qu’elles ne réussissent pas à cacher complètement leurs zones d’ombre où il est dangereux de s’aventurer ?

La vraie liberté est le résultat du libre choix de chacun. Elle ne doit pas et ne peut pas être imposée sous couvert d’une protection non désintéressée d’agressions savamment concoctées par les détenteurs de forces de pression qui imposent aux autres leurs choix intéressés.

La paix proposée ne doit pas être seulement l’issue d’un affrontement de deux conceptions de la liberté. Elle ne peut résulter en réalité que d’une « liberté » qui n’est pas imposée.

Pour être réelle, la liberté doit être complète. Pour être complète, elle ne doit pas être mêlée de dépendances qui accompagnent ou suivent de tristes expériences issues de l’égoïsme des autres.

Nous devons choisir entre les lumières apparentes et subjectives que nous propose le monde actuel, ou la vraie lumière éclairant petit à petit les humains, et non pas seulement certains d’entre eux sélectionnés par les soi–disant faiseurs de paix et de bien-être.

Le seul vrai cadeau est la liberté totale de choisir lorsqu’elle n’enfreint pas celle des autres. Il en résulte un bonheur qui dépasse la simple jouissance des produits de base nécessaires à la survie. Le seul vrai cadeau permet de créer librement sa vie et son environnement au quotidien et de les recréer à jamais sans porter nuire le moins du monde à nos voisins.