Le rire, arme fatale de la démocratie

Article publié le 14 mars 2006
Publié par la communauté
Article publié le 14 mars 2006

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

La presse est souvent utilisée pour secouer l’opinion publique. Et pas seulement au Danemark. Face au musellement des médias biélorusses, des journaux voisins d’Europe centrale ont réagi.

L'affaire des caricatures de Mahomet a clairement démontré la puissance du dessin satirique. Plusieurs journaux d’Europe centrale ont décidé de publier dans leurs colonnes en février dernier des dessins animés et caricatures de Loukachenko. Quatre journaux en République Tchèque, Slovaquie, Hongrie et Pologne qui ont voulu ainsi témoigner de leur soutien au mouvement d’opposition biélorusse la Troisième Voie (Third Way), en prise avec l'autoritarisme du gouvernement.

Selon la loi, insulter le Président Loukachenko ou le régime, de quelque manière que ce soit, équivaut à une peine de 5 ans de prison. Certains membres du groupuscule de la Troisième Voie qui avait publié sur leur site internet des caricatures du Maître de Minsk sont directement visés par cette sentence. Si l’affaire n’a pas encore été jugée, 3 des dessinateurs impliqués ont déjà fui le pays. En pleine campagne présidentielle, des journaux reconnus des pays voisins ont souhaité influer sur les relations internationales et donner une chance à la Biélorussie de devenir un Etat démocratique et libre

La première image est extraite du site web de la Troisième Voie (Third Way), une organisation fondée par des étudiants qui ont publié des animations jugées « insultantes » en 2004. Les trois dernières caricatures sont issues de la presse écrite.

Cette image est une scène animée. Elle montre Loukachenko comme un Président capable de tout faire : chanter, bêcher, voler…

Pour voir l’animation en anglais, cliquez ici.

Slovaquie:Gazeta Wyborcza (Jacek Gawowski) Image d’un garçon tenant un gros ballon représentant le visage de Loukachenko dans la main et une allumette brûlant de l’autre.

Pologne: SME (Martin Shooty Sutovec) Loukachenko nourrit la Biélorussie enfermée dans une cage à oiseaux.

Hongrie: Magyar Hirlap (Csaba Joko) Le drapeau officiel biélorusse avec un stylo débouché, indiquant l’absence de liberté de la presse.