Le rêve nucléaire turc

Article publié le 24 avril 2006
Article publié le 24 avril 2006

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

La Turquie désire construire de nouveaux réacteurs nucléaires et ainsi susciter l’intérêt de quelques Etats d’Europe occidentale pour l’adhésion d’Ankara à l’UE. Mais ce projet repose sur des estimations irréalistes.

Le débat sur l’utilisation pacifique de l’énergie atomique n’est pas nouveau en Turquie. Il revient à l’ordre du jour à intervalles irréguliers. Après l’explosion du réacteur numéro 4 de Tchernobyl en 1986, les discussions s’étaient toutefois apaisées : elles ont récemment refait surface. Début 2004, le ministre de l’Energie, Hilmi Güler, membre du parti AKP au pouvoir, prétendait que la Turquie allait « miser sur le charbon, l’eau et les énergies renouvelables ». Quatre mois plus tard, il en était déjà tout autrement : « nous avons lancé un appel d’offres. D’ici 2020, nous allons construire 2 ou 3 réacteurs nucléaires.  »

Fin 2005, le gouvernement a finalement rendu public ses projets énergétiques pour les années à venir, annonçant à cette occasion vouloir ajouter à son réseau au moins trois centrales nucléaires d’ici 2012. Le délai semblant bien trop ambitieux, même au ministre de l’Energie, qui a fixé la date d’entrée dans l’ère du nucléaire à l’année 2015. Lorsque début 2006, la Russie a coupé le robinet énergétique de l’Ukraine, le débat à propos de l’indépendance turque vis-à-vis de l’étranger a été attisé. Le pays a fortement étendu son réseau de gaz naturel et conclu des contrats de livraison à long terme aussi bien avec la Russie qu’avec l’Iran. Les mérites de l’énergie nucléaire sont désormais vantés comme la solution à cette sujétion.

Pot-de-vin nucléaire pour l’UE

Certes il s’agit de projets nationaux mais il ne faut pas sous-estimer le poids de la politique étrangère en matière d’énergie. Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan s’est rendu dans de nombreuses capitales européennes afin de convaincre Bruxelles d’entamer une discussion avec la Turquie à propos de son adhésion à l’UE. A de telles occasions, les « motifs » économiques peuvent aider. Ainsi, à l’été 2004, Erdogan a laissé entrevoir la possibilité de lancer un appel d’offres s’élevant à environ 12,5 milliards d’euros pour la construction de centrales nucléaires. Le 21 juillet 2004, le quotidien turc Milliyet qualifiait carrément cet appel de « pot-de-vin nucléaire ».

Les représentants de l’industrie turque se sont montrés jusqu’à présent hésitants. Les membres du groupe industriel TÜSIAD, notamment, ont fait part de leur scepticisme après l’entrevue avec le ministre de l’Energie : le projet leur paraît trop incertain et onéreux. Même après que leur interlocuteur a affirmé que l’Etat turc mettrait la main au porte-monnaie, accordant des crédits spéciaux en cas de problèmes.

La consommation d’énergie a été surestimée

Autre argument important en faveur de la construction de réacteurs nucléaires, l’hypothèse selon laquelle la consommation d’énergie en Turquie va fortement augmenter dans les années à venir. Sans la construction de centrales, l’approvisionnement en énergie est menacé, selon des estimations officielles. Le gouvernement turc part du principe que si la croissance économique est permanente, le besoin en énergie augmentera en conséquence. L’exemple des pays d’Europe de l’Ouest démontre cependant que malgré l’industrialisation, leur consommation énergétique baisse. Il est d’ailleurs possible de faire des économies grâce à l’augmentation du rendement énergétique. Le service EIEI, rattaché au ministère turc de l’Energie, prétend que jusqu’à 30% de l’énergie actuellement consommée pourrait être économisée.

Lentement, une opposition s’est formée vis-à-vis des projets nucléaires gouvernementaux. Le 1er avril, une plate-forme antinucléaire turque s’est réunie à Ankara pour la seconde fois, rassemblant plus de 100 ONG, plusieurs chambres des métiers et les plus importants mouvements écologistes du pays. Elle a décidé de plusieurs mesures concrètes : organisation de grandes conférences à Izmir et Mersin en commémoration de l’accident de Tchernobyl et grande rencontre qui aura lieu le 29 avril dans la ville de Sinop, au bord de la mer Noire, futur site d’implantation d'un réacteur nucléaire. Jusqu’à présent, les opposants à l’énergie nucléaire ont toujours réussi à éviter la construction de centrales ? Mais cette fois, rien n’est encore joué.