Le pire des lobbys

Article publié le 5 décembre 2008
Article publié le 5 décembre 2008
Barack Obama démonte le moral des lobbyistes américains car il a l'ambition de mieux contrôler leurs activités. A Bruxelles, on en est encore à vouloir identifier ces groupes de pression parfois vereux.

Le mot « répertoire » est un peu exagéré car cette liste ne fait que ficher le montant total des revenus des lobbies installés à Bruxelles ; et pour cela, il est ouvertement critiqué. « Il existe des personnes qui créent des lobbies, mais qui leur donne des noms différents, comme ONG ou association de consommateurs par exemple, et ils se cachent derrière ce titre », explique Christine Pohl, militante engagée aux côtés des Amis de le Terre européenne (Friends of the Earth Europe).

C’est une des raisons pour laquelle, elle a décidé d’organiser, en association avec Corporate Europe Observatory, Spinwatch et LobbyControl, les quatrième Césars du pire lobbying européen, à Bruxelles, le 9 décembre. Cette récompense a pour but de dénoncer les lobbyistes qui ont l’habitude d’influencer les fonctionnaires européens par des pots-aux-vins. « Nous espérons ainsi attirer l’attention des médias sur de telles pratiques et provoquer un scandale. Certains des cas les plus lamentables auraient pu être évités avec des répertoires mieux faits. »