Le père Noël aux fourneaux

Article publié le 19 décembre 2005
Publié par la communauté
Article publié le 19 décembre 2005

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Gourmets européens, ouvrez vos papilles ! Pour les amateurs de diversité culinaire, ce menu virtuel mais haut en saveurs et traditions.

250 euros en moyenne sont dépensés pour les agapes de Noël en Europe ... A ce prix là, les Français s'offrent champagne et foie gras, les Norvégiens du saumon et les Portugais de la morue bouillie... Partout sur le continent, le repas du 24 décembre est l'occasion de se faire plaisir, en famille, autour d'une bonne table. Alors pourquoi ne pas tenter un menu mettant à l'honneur la variété gustative de cette « Vieille Europe »? Un plat, un pays, une histoire...

Le vin chaud à la suédoise

Le « Glögg » (Gløgg) est un vin épicé servi habituellement dans toute la Suède durant la période de Noël. Généralement accompagné de pain d'épice, il est très simple à réaliser et ce, une semaine avant le jour J pour délivrer tous ses arômes à la date de dégustation. Raisins et amandes se marient très bien avec cette boisson, pour laquelle vous aurez besoin d'acheter : 1 bouteille de vin rouge, 5 à 20 clous de girofle, 2 à 4 bâtons de cannelle, 1 ou 2 morceaux de gingembre, un zeste de citron, 125 à 250 ml de sucre, du sucre vanillé et des graines de cardamome. Broyez cannelle et cardamome au mortier ensuite déposez les épices et le citron dans un bocal de verre avec de la vodka. Laissez reposer une nuit. Puis versez le tout dans une casserole avec le sucre et le vin... faites chauffer, sans jamais arriver à ébullition. Dosez sucre et vin à votre goût .« God Jul » !

Tapas d’Angulas

Atteignant les 100 euros le kilos à moins d'un mois de Noël, les « angulas » ou civelles –très jeune anguille de quelques semaines- constituent un des mets les plus prisés par les hidalgos pour les repas de fin d'année. Pêchées de préférence de nuit après 21 heures d'octobre à février, elles doivent leur prix exorbitant aux méthodes de pêche employées : à l’ancienne, à la lueur d'une lanterne et aux filets. Les civelles se dégustent simplement, frites dans un peu d'huile d'olive, assaisonnée d’un peu d'ail et de persil. Le tout sur une bonne tranche de pain toute chaude. « Feliz Navidad » !

Dinde britannique

Que serait Noël sans un soupçon de « goût British » ? Et sans la traditionnelle et incontournable dinde aux choux de Bruxelles (« brussel sprouts »), accompagnée de sa confiture d’airelles ? Les choux, dédaignés toute l’année, sont les stars des étals britanniques dès le début décembre. Commencez par préparer la farce typique : 175 grammes de beurre, 900 grammes de chair à saucisse, 200 grammes de bacon, un bouquet de sauge, 4 mie de pain, 1 œuf battu, 1 bel oignon, sel, poivre. Mélangez le tout et garnissez-en les entrailles de la dinde. Quarante à cinquante minutes de cuisson par kilos sont nécessaires pour être digne des meilleurs cordons bleus d’outre-Manche. « Merry Christmas » !

Douceur d’outre-Rhin

Déguster les « langes du Christ » ?! Plus connues sous le nom de «Christstollen», ce gâteau est préparé depuis plus de 500 ans en Allemagne et sa forme est censée rappeler l'enfant Jésus emmailloté dans ses langes. 500 grammes de farine, 200 grammes de sucre semoule, un sachet de sucre vanillé, une pincée de sel, 4 gouttes d’essence d’amandes amères, 5 cl de rhum, un zeste de citron râpé, une pincée de cardamome, une pincée de noix de muscade râpée, trois œufs entiers, 175 grammes de beurre mou, 250 grammes de fromage blanc, 125 grammes de raisin de Corinthe, 200 grammes de raisins, 100 grammes d’écorce de citrons confite et 100 grammes d’amandes ou de noisettes... Ni plus ni moins ! Pour la recette, facile, cliquez ici. S’il en reste, ce gâteau doit théoriquement se conserver jusqu’à un mois, dans une boîte métallique. « Froehliche Weihnachten » !

Atmosphère, atmosphère

Enfin, parce que l’on mange d’abord avec les yeux, pensez à dresser une jolie table de Noël. Inspirez-vous par exemple de la tradition du sud de la France... trois nappes de couleurs différentes – blanc, or, rouge de préférence – superposées et ornées de 3 chandeliers, pour symboliser la Trinité. La blanche sera dessus le soir même de Noël et se verra remplacée le matin de Noël par la rouge. Et s'il vous reste un petit creux après la messe de Minuit, succombez à la coutume provençale des « 13 desserts ». Treize, comme les 13 convives de la Cène, avec au programme fruits secs, confits, amandes, nougat, noix, dattes ou fougasses... Joyeux Noël !

Cette ronde de saveurs n’est qu’un aperçu des richesses de la cuisine européenne… vivement le jour de l’an pour remettre ça avec d'autres spécialités tout en prenant de bonnes résolutions pour l’année 2006. Un conseil ? Oubliez le mot régime !