LE PACTE DES CITOYENS 2013 : QUI SONT LES CITOYENS ET QUE CONTIENT LE PACTE ?

Article publié le 5 novembre 2013
Article publié le 5 novembre 2013

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Le forum de clôture du festival TRANSEUROPA 2013 a été marqué par la présentation du manifeste des citoyens. Mais qu'y-a-t-il derrière tout cela ?

Le festival TRANSEUROPA, un festival d'art et de politique s'est tenu simultanément dans 13 villes européennes, et s'est terminé à Berlin la semaine dernière part un forum de 3 jours. Ce qui devait être compris comme l'évènement clé du forum, intitulé « Imagine ! Demande ! Adopte! Une Europe alternative », était la présentation d'un manifeste des citoyens mis au point par le groupe European Alternatives qui vise à « une participation démocratique, une justice sociale,et une innovation culturelle. »

La première impression du concept est évidemment positive. Depuis 3 ans les représentants d'European Alternatives ont voyagé pour sélectionner des villes en Europe, parlé aux gens des choses qu'ils pensent qui devraient changé en Europe et ils ont distillé ce qu'ils appellent le Pacte des Citoyens 2013, 4 pages d'idéologie, suivies par 100 pages de proposition de lois, crées avec l'aide d'expert juridiques. Le pacte doit être présenté au Parlement Européen en décembre dans le but d'inclure ses idées dans le programme pour les élections de 2014 du Parlement Européen.

Mais alors que l'idée de dialoguer directement avec les citoyens européens semble idyllique, vu de plus près le projet nous préoccupe sur certains points.

La première préoccupation est que le processus ne détermine pas si le projet sera bien représenté au Parlement. Dans les pays de l'UE où voter pour le Parlement Européen n'est pas obligatoire, le pourcentage des votants se situe entre 65,1% en Italie et 19,6% en Slovaquie, d'après les élections de 2009. La plupart des Européens sont soit inconscients ou apathiques en ce qui concerne le rôle que le PE joue dans la politique européenne, aussi bien que sur la façon dont ils peuvent l'influencer. Le projet s'adresse donc à la paresse politique de ces personnes, les excusant au fond ne pas participer directement au processus électoral, on peut se demander pourquoi on s'embêterait à s'impliquer dans les institutions, quand il y a des gens pour faire « le sale travail » pour nous ? (Par contre, il y a plusieurs projets remarquables en cours de réalisation qui vise à éduquer les citoyens pour qu'ils prennent part directement au processus.)

Un autre point qui répond d'une certaine façon au premier, concerne les personnes qui ont été interrogées . « Nous nous sommes demandé si les gens qui ont participé n'étaient pas que des intellectuels. » remarque Alessandro Valera en présentant le manifeste, ce qui est difficile à croire pour toute personne ayant lu « Coeur de chien » de Boulgakov . Ensuite Valera affirme qu'ils sont tous satisfaits, ce qui n'est pas le cas. Alors que le manifeste donnent la parole à long terme aux résidents de l'UE qui n'ont pas le droit de vote comme les immigrés, Valera admet aussi ouvertement inclure les enfants et les adolescents dans le projet. Il est peut-être temps de rappeler que l'âge limite pour voter aux institutions politiques a été créé pour une raison, à savoir que nous ne pouvons pas faire confiance au point de vue naïf et mal informé de personnes qui n'ont pas encore compris ce qu 'est la politique, et certains peuvent argumenter que cette inclusion entache le manifeste, lui donnant un air vaguement semblable au royaume de Korczak « Le Roi Mathias 1er »

Un troisième point, admis par European Alternatives, est que le manifeste est limité de différentes façons. Des considérations d'ordre pratique, comme le financement, la limite des interviews à quelques pays sélectionnés, ne visent pas en réalité à représenter les citoyens européens dans leur ensemble. Des problèmes importants, par exemple la légalisation de la prostitution, ont été mis à l'écart du manifeste. Les organisateurs expliquent qu'ils ont écouté quels étaient les problèmes jugés importants par les résidents européens, les personnes interrogées ont choisi les questions à soulever, et le manifeste reflète les choses importantes pour eux. Si ceci est un indicateur d'une interview démocratique, nous devons nous demander pourquoi certains points sont absents de l'enquête, et si cette absence nous apprend quelque chose sur les personnes interrogées. Si le manifeste se réclame d'être la voix des citoyens européens, une absence de certains sujets pourrait provoquer leur marginalisation par la suite, aussi cruciaux qu'ils soient.

Le Pacte des Citoyens a certainement débuté avec de bonnes intentions, mais le résultat final est loin d'être satisfaisant. Alors qu'il couvre certains problèmes comme la communauté LGBT et les droits des Roms, tous les deux bien représentés, les discussions pendant son développement ont démontré qu'il faudra encore plus discuter entre citoyens , la façon dont le manifeste est construit et celle dont il est représenté sont loin de servir à un engagement politique.Il est bien à l'image de l'apathie qui frappe l'Europe.