Le nouveau rubriquage de Cafébabel : mon exercice de style

Article publié le 16 mars 2018
Article publié le 16 mars 2018

Nous entamons une série de petits articles pour vous expliquer pourquoi Cafébabel est en train de changer et à quoi ressemblera votre magazine préféré dans le futur. Nouveaux plans, nouveaux visages, nouvelles sections et bien sûr, nouvelle ligne éditoriale. Rien que ça.

La démarche de professionnalisation de notre magazine s’est lancée avec la création de quatre nouvelles sections. Si on voulait assumer une nouvelle identité, il fallait changer le rubriquage en construisant, à partir de rien, de nouvelles rubriques qui reflèteront la nouvelle ligne éditoriale de Cafébabel.

Il a fallu mettre les bouchées doubles pour parvenir à un consensus définitif. Les rubriques actuelles « politique », « style de vie », « culture » et « société » ne rentraient plus dans le cadre de nos articles et demeuraient trop restrictives, ou trop vastes. À l’époque, on entendait tous les jours la même question : « Mais les gars, du coup on le place où cet article ? ». Sculpté par le pari du long format et des sujets originaux, notre corps avait changé : il fallait donc modifier sa garde-robe.

« Impact », « Creative », « Experience » et « Raw ». Voilà les nouvelles rubriques que nous avons retenues pour le nouveau Cafébabel 2018. Fin prêtes pour le lancement du nouveau site. Pourtant, elles ne se sont pas vraiment faites en un jour. Dès les premières réunions, les éditeurs campaient sur leur position. Fallait-il utiliser des verbes, des adjectifs, des substantifs ? Doivent-elles être cohérentes entre elles ? Mais par dessus-tout, faut-il traduire en anglais les noms des sections pour toutes les versions ou les laisser comme tels, dans leur langue attitrée ?

À Cafébabel, on ne traite désormais plus d’Europe institutionnelle. Bien que l’on suive les déclarations et les actions de ses hommes et femmes politiques. En revanche, à travers son slogan – « Europe in Real Life » - le magazine s’est toujours promis de montrer la réalité du terrain, brute, comme elle est. Une réalité qui représente le quotidien des jeunes sur le Vieux Continent, mais aussi des réfugiés ou des populations en marge de la société. Nous nous sommes rapidement mis d’accord sur trois lettres, qui selon nous, évoquaient bien la rubrique : « Raw » (brut, en anglais). La deuxième fut assez simple. Elle devait reprendre notre souci d’informer sur sa culture bouillonnante : musique, ciné, littérature. « Creative » fera donc la part belle aux artistes européens émergents, à ceux qui nous marquent et qui ne sont pas forcément connus au-delà de nos frontières nationales.

Je me souviens aussi des nœuds qui naissaient de nos discussions. Pour mettre tout à plat, nous avons demandé à notre communauté ce qu’elle pensait de nos idées. Leurs retours ont été extrêmement bénéfiques puisqu’ils nous ont permis d’accoucher du troisième pilier de notre offre éditoriale : la rubrique « Experience ». Elle représente toutes les histoires insolites, aventureuses, gonzo, improbables vécues par nos journalistes sur le terrain. Tout en sachant que ces histoires feront toujours écho à une réalité de terrain, qu'elle concerne un problème de passeport en Bulgarie ou une plongée dans le Darknet. Enfin, nous avions envie de construire une section autour d’une nouvelle approche qui nous tenait à cœur, celle du journalisme de solutions. Nous y reviendrons en détail mais il s’agira de présenter, décrypter, analyser voire enquêter sur les initiatives qui répondent à un problème de société en Europe. Le nom que nous lui avons apposé ? « Impact ».

Quand je repense au moment où l’on s’est posé pour discuter du rubriquage, tout me semble très lointain aujourd’hui. Terminé le flou qui entourait certains concepts et leurs traductions. Avec le temps, toutes les rubriques me semblent désormais familières. Comme si je les avais toujours portées.