Le Mouvement 5 étoiles : la politique italienne sur le Grillo

Article publié le 31 juillet 2012
Article publié le 31 juillet 2012
Les partis politiques en Italie ont toujours formé un ensemble assez homogène, depuis la division entre communisme et démocratie chrétienne. Mais l'ancien système bipolaire doit à présent composer avec un mouvement né sur Internet.
Et si tout a commencé avec les injures publiées sur le blog d'un humoriste impertinent – Beppe Grillo – le mouvement a petit à petit rassemblé autour de lui un soutien concret. Reste à savoir quel sera le futur rôle de Grillo, leader reconnu bien que non déclaré.

Ils gagnent haut la main dans le nord-est de l'Italie prenant le pas des « grands partis » (certains sondages les donnent en troisième place dans les intentions de vote, derrière le Parti démocrate) et s’emparent de la citadelle de Parme, dont l'ancien maire Vignali était étroitement lié au cercle des « berlusconistes » purs et durs.

« Ils », ce sont eux les fameux « Grillini », nom « journalistique » désignant les militants du Movimento 5 Stellele Mouvement 5 étoiles ») créé en 2009 dans la vague du mouvement Amis de Beppe Grillo (du nom de l’humoriste italien, inspirateur et leader du mouvement) et fort d’un succès inattendu lors des dernières élections locales italiennes. Avec leur refus manifeste d'adhérer aux partis traditionnels, leur utilisation massive des outils mis à disposition par Internet, leur engagement envers des thématiques souvent reléguées au second plan par la classe dirigeante (l’écologie, les transports, le développement, l'expulsion des condamnés du Parlement, le renouvellement générationnel dans les professions), les Grillini sont susceptibles de bouleverser le paysage institutionnel italien, non seulement au niveau local mais aussi à l'échelle nationale.

À la suite des résultats des dernières élections locales, le chef de l’État italien – Giorgio Napolitano – a tenu des paroles qui ont fait rire mais aussi réfléchir. Selon lui il n’y a : « Absolument aucun essor du Movimento 5 Stelle ». Mais ne les qualifiez jamais « d’antipolitiques », « de droite », « de gauche », ou « du centre ». Les Grillini se définissent comme étant « de la vraie politique », de ceux qui participent à la chose publique.

« Les problèmes et les revendications sont ceux que nos parents soulevaient déjà dans les années soixante et soixante-dix. »

Certains, plus enthousiastes, affirment même que leur action est « métapolitique », c’est-à-dire qu’elle dépasse naturellement un système malade et incomplet (le système italien, ndlr) pour s’orienter vers une réelle démocratie. « Les problèmes et les revendications sont ceux que nos parents soulevaient déjà dans les années soixante et soixante-dix, si ce n’est avant », explique Ettore, responsable des relations publiques du Movimento 5 Stelle Thiene (région de Vénétie), où le mouvement a réussi à obtenir deux conseillers municipaux. « Mais maintenant, par le biais des nouveaux outils et de l'évolution de la culture, nous sommes vraiment mûrs pour y répondre. »

Quel rapport entendent-ils avoir avec les forces politiques traditionnelles dans les régions où ils devront s’allier pour ne pas se retirer ? « Désormais les anciens partis politiques ne sont qu’une marque émaciée, vidée par la mauvaise politique conduite ces dernières années. Quiconque nous fera une proposition intéressante sera apprécié. Nous ne regarderons pas la couleur politique mais bien la forme. »

« Laissez les électeurs venir à nous »

Ainsi, il s’agirait d’une colère sans révolution, ou plutôt d'un renouvellement ? Ici commencent les distinctions subtiles : « Un renouvellement en Italie, c’est déjà une révolution, expliquent Valentina, Oreste et Sara - bénévoles du mouvement à Vicence et à Thiene - mais ce que nous voulons surtout, c'est que les gens se réveillent et décident. » Ettore, quant à lui, a une réponse différente : « Même si nous n’atteignons pas notre but - qui n'est pas celui de renverser les règles, mais de les faire respecter et de les améliorer - ce qui importe c'est que les gens apprennent à rêver. » Des rêves, depuis la période de l'Unification, les Italiens en ont déjà eu beaucoup. « C’est ici que se trouve notre différence, ajoute Ettore, nous ne demandons pas aux gens de déléguer leurs rêves, nous leur demandons de nous donner la possibilité de créer un monde dans lequel les gens puissent rêver et travailler pour ce en quoi ils croient. Berlusconi disait : "Ghe pensi mi’" (littéralement : "j’y pense, moi" signifiant "ne vous inquiétez pas je m’occupe de tout, tout seul"), tandis que nous disons "Venez avec nous !". C’est ce que Grillo a fait ! »

La relation avec Grillo

On en revient toujours à Grillo - fondateur du Movimento 5 Stelle et qui exerce encore la profession d’humoriste - celui qui ne figure sur aucune liste électorale mais qui peut exclure ceux qui s’opposent à sa ligne politique. Mais Beppe Grillo est-il vraiment irremplaçable ? Aucune des personnes interrogées ne met en doute le fait que lui et le Movimento soient, pour l’instant, deux concepts équivalents. Mais tous sont conscients du fait que Grillo non seulement n’est pas immortel, mais encore moins éternel ou intouchable dans son rôle de leader. « Son habileté et l'appareil qu’il a réussi à mettre sur pieds sont pour le moment irremplaçables, mais c’est seulement parce que la majeure partie de ses hommes n’ont pas son expérience de la politique et de la communication, nous dit Valentina. C’est un homme bon et intelligent, il saura se mettre de côté lorsque le moment sera venu. »

« Il saura se mettre de côté lorsque le moment sera venu. »

La grande partie des militants interrogés espère voir le parti mûrir rapidement. Cela permettra notamment d’estomper le soupçon embarrassant selon lequel le Movimento pourrait devenir un énième parti dirigé par une seule et même famille. Pour le moment cependant, même ceux comme Ettore qui se sont montrés plus mitigés envers Grillo reconnaissent son rôle de leader.

Le plus grand défi sera pour eux de trouver une dimension politique propre sur la scène italienne, conservatrice et bipolaire. Être entré dans la cage aux lions impliquera de faire des compromis, chose qui, jusqu'à présent et du moins en paroles, n’est pas dans l'habitude du Movimento 5 Stelle. Il suffit de se remémorer le fameux slogan « Ils ne cèdent jamais, nous non plus ! », qui a vu le jour sur le blog de Grillo il y déjà quelques années.

Il est normal de se demander si le mouvement sera en mesure de résister à son propre poids, ou s’il finira écrasé par une trop grande ambition, des particularismes ou par la triste normalité du système italien. À moins qu’il ne finisse d’abord écrasé par l'égo de son créateur.

Photos : la Une (cc) sarafasullo/flickr, Vidéos : micheledelucia/YouTube et euronewsfr/YouTube.