Le monde est petit

Article publié le 23 novembre 2006
Article publié le 23 novembre 2006

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

L’été dernier, au pied de la grande muraille de Chine, j’ai rencontré par hasard ma boulangère espagnole. « El mundo es un pañuelo » (le monde est un mouchoir), m’a-t-elle lancé une fois la surprise passée. Pour caractériser une rencontre fortuite dans un environnement étranger, les variantes européennes sont nombreuses. Si votre boulangère est allemande et que vous vous retrouvez par hasard nez à nez avec elle entre deux dunes du Sahara, elle vous dira peut-être que le monde est un village (« Die welt ist ein Dorf ») avec une pensée mélancolique pour sa Bavière natale. Plus à l’est dans les contrées slovaques, l’univers s’assimile à un bouton (« svìt je gombièka »), l’objet de petite taille par excellence. Ailleurs en Europe, les boulangères semblent s’accorder pour dire que le monde est petit, autant en Italie (« il mondo e' proprio piccolo ») qu’en Norvège (« verden er liten »). Même les boulangères françaises et britanniques (« it’s a small world ») oublient pour une fois leurs antagonismes et sont du même avis sur ce point.