Le modèle de sur-consommation de plus en plus remis en cause

Article publié le 19 janvier 2017
Article publié le 19 janvier 2017

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

La surconsommation est une problématique au cœur de toutes les préoccupations. Les impacts négatifs mesurables entraînent inévitablement la remise en cause systématique de ce mode de vie.

Les avis divergent et les observateurs de ce phénomène ne partagent pas toujours le même point de vue sur le sujet. Les actions à grande échelle menées contre ce phénomène ont un impact modéré à moyen et court termes. Le changement profond de mode de vie se révèle alors indispensable.

La surconsommation au quotidien, c’est quoi ?

Désignée comme une véritable « bombe à retardement » par l’organisation « Amis de la terre », la surconsommation est un phénomène que de nombreux gouvernements s’emploient à maîtriser actuellement. Réduire les risques liés à ce phénomène devient un enjeu essentiel pour l’homme, pour la terre, mais aussi pour l’avenir.

La surconsommation peut avoir plusieurs visages. D’un côté, elle fait référence à la surexploitation des ressources naturelles. L’eau, la forêt, les énergies sont des ressources non durables qui doivent être mieux gérées.

En Europe, la surconsommation de médicaments ou de denrées alimentaires crée de nombreux inconvénients. Les populations développent des symptômes essentiellement liés à cette consommation de masse comme l’obésité, la pollution, le dérèglement climatique, la déforestation, la surpêche, etc...

La surconsommation de produits jetables et non périssables entraîne également des problèmes de gestion de déchets à grandes échelles. Les produits high-tech ont une durée de vie de plus en plus courte à cause de l’obsolescence programmée. Outre l’achat spontané qui favorise l’acquisition de biens non vitaux, l’accumulation de nouveaux produits de technologie dernier cri peut dépasser certaines limites.

Des modifications profondes nécessaires ?

De nombreuses actions sont menées à différents niveaux pour essayer d’endiguer ce phénomène. Le troc, l’échange de services et la réparation ont la côte. Les plateformes en ligne proposant ce type de consommation sont très populaires. Le message véhiculé est simple : réparer au lieu de jeter, voyager à plusieurs en faisant du covoiturage pour limiter la pollution et réduire la consommation énergétique, etc… La réparation d’iPhone avec des start-ups comme PhoneHubs fait partie de ces solutions pour lutter contre la surconsommation.

Les consommateurs sont désormais sensibilisés à l’importance de préserver la nature et de réduire son empreinte écologique sur la planète. De nombreuses pratiques dites « responsables » se développent au sein de la société, devenant parfois de véritable « style de vie ». Le changement de régime alimentaire entraîne l’adoption de nouveaux comportements comme le désir de manger les fruits et légumes bio, l’envie de participer davantage au commerce équitable, ou encore le besoin de consommer intelligemment en évitant le gaspillage.

En résumé, l’impact de la surconsommation sur l’avenir de l’humanité est déjà palpable et mesurable. Un constat en ressort : la surconsommation est souvent liée à la surpopulation. Il est évident que 7 milliards d’êtres humains vont laisser des traces parfois irréversibles. Malgré une croissance démographique mondiale qui ralentit, il deviendra essentiel de maîtriser la consommation d’un groupe d’individu ou d’une population donnée pour la protection de la planète.