LE MIRACLE DE L’EUROPE

Article publié le 29 octobre 2007
Publié par la communauté
Article publié le 29 octobre 2007
Si vous aimez aller au cinéma mais en avez assez de voir toujours et toujours les mêmes histoires. Ou encore, si vous aimez être au courant de votre actualité, et la comprendre, mais ne supportez plus que ce soit toujours le même type de nouvelles que l’on vous rapporte, comme s’il était couru d’avance que les infos sont tirées d’un scénario invariablement identique.
Si vous aimez vraiment le cinéma. Si vous aimez tout autant la musique. Et si vous n'aimez pas les blogs. Cette page est faite pour vous : faîtes-y un petit tour et profitez, amusez-vous.

La plupart des gens avec qui j’ai pour habitude de commenter l’actualité me font part de leur sentiment grandissant et partagé de rejet et de dégoût pour le feuilleton télévisuel auquel nous avons droit tous les soirs à vingt heures. Même lire la presse quotidienne n’intéresse plus personne tellement les journaux sont devenus ennuyants. Il semble que l’objectif d’un journaliste, de nos jours, soit de se focaliser exclusivement sur une impression de catharsis tragico dramatique qui exclut absolument l’humour, je vous assure, il est clair que la simple notion de sens de l’humour, sous toute forme que ce soit, y est à présent interdite. La fin du monde est déjà là et on dirait bien que notre destinée à tous est d’aller en enfer. Des attentats terroristes aux maladies incurables, en passant par une bonne dose de violence, de racisme, d’homophobie, un peu de tsunamis sans oublier les défaites en Ligue des Champions… tôt ou tard, le moment de souffrir se présente à nous inévitablement. Heureusement, me direz-vous, qu’il est toujours permis de se consoler en croyant fortement, tout comme , que ce même enfer est divisé en plusieurs étages dont le dernier, là où il fait le plus chaud et où les tortures sont vraiment insupportables, est réservé aux journalistes.

Woody Allen

Mais ne perdons pas de vue que l’aspect visuel de bien des objets dépend avant tout de la façon dont on les regarde. Il y a peu, s’est produit un événement d’une importance majeure pour l’avenir des européens, mais nous nous en sommes à peine rendu compte, précisément parce que cette information n'était pas - à proprement parler - dramatique. , la petite fille qui a disparu et qui porte bien son nom puisqu’elle fait pleurer tant de monde, est beaucoup plus importante et n'en finit pas d’occuper la une des journaux de n’importe quel média.

Madeleine

Et c’est dans ce même climat de désinformation que les chefs des gouvernements européens sont parvenus à un accord sur la future . Car à n’en pas douter, adopter une constitution pour 450 millions de personnes sans que celles-ci n’aient à aucun moment eu la possibilité de voter, constitue un franc succès. Et même bien plus qu’un succès, je serais tenté de parler de miracle pour expliquer que nous nous soyons tous trouvés d’accord sans que personne n’ait même pensé à protester. Car enfin, même si on a bien essayé d’en changer le nom pour dissimuler l’écoute des citoyens (à présent, on parlera du Traité de Réforme), en réalité, le texte est resté identique à celui qui avait déjà dans un premier temps été rejeté par les français et les hollandais il y a de cela deux ans et demi, à cette différence près que la Charte Européenne des Droits de l’Homme a été retirée du traité, (c’est sûr, il vaut presque mieux laisser les hommes en dehors de tout ça, tant ils sont déjà bien trop occupés avec les malheurs de Madeleine). Et bien, pour moi, ces événements ont l’effet de me rappeler un peu la scène grandiose de la minuscule cabine des , dans leur film …

Constitution EuropéenneFrères Marx“Une nuit à l’opéra”

Peu-être me trouverez-vous légèrement déséquilibré, mais autant vous prévenir, il faudra vous y faire. Et je trouve sincèrement qu’il existe de nombreuses similitudes entre d’un côté ce nouveau rebondissement de la Constitution Européenne, et de l’autre, le bagage de qui est si énorme que c’est à peine s’il lui laisse la place de respirer.

Groucho Marx

est une image assez crédible d’un citoyen européen, vivant tranquillement dans sa minuscule cabine (ça par exemple, comme les européens ! On ne peut s’empêcher de noter la coïncidence) et qui tout à coup se voit forcé forcé d’accueillir un bagage dont il ignore tout, dont on lui a imposé la garde, et duquel va sortir un flot ininterrompu d’invités jamais par lui sollicités. Son frère muet et somnambule, qui n’est bon qu’à déranger tout le monde (comme l’ex – président de la il y a peu), deux filles qui viennent lui faire son lit et s’obstinent à remettre en ordre tout ce qui pourrait aller de travers (comme l’ont fait toute cette année les deux chefs d’État du et de , préoccupés par la réussite de terrains d’entente diplomatiques entre les autres États), un plombier, une femme de ménage, les garçons d’étage, et jusqu’à une jeune fille un peu perdue, à la recherche de sa tante , et qui me fait penser un peu au , dont on il est presque toujours impossible de connaître la position exacte sur l’une des questions importantes. Il y a une multitude de points communs entre ces deux univers, si on se donne la peine d’y penser un peu.

GrouchoPolognePortugall’AllemagneMichaellaRoyaume Uni

Mais , comme les européens, prend toutes ces surprises avec humour, et il ne rechigne ni à fumer son cigare, ni à montrer sa bonne humeur. En signe de solidarité avec l’ensemble de ces passagers clandestins et inconnus qui s’introduisent subitement dans sa cabine, il va jusqu'à demander à la manucure de lui couper les ongles bien courts pour compenser le manque de place dans la chambre. La fin, vous la connaissez déjà. L’Europe explose de toute part, dans toutes les directions.

Groucho

Tom Wolf Le miracle

Groucho demande au groom qui s’apprête à rentrer la malle dans sa cabine : . Autrement dit, un miracle. Et oui, un miracle, c’est bien de ça qu’il s’agit, comme notre nouvelle constitution, qui finira par exploser. Bien que le vrai miracle a consisté en ce que 200 000 personnes manifestent pacifiquement dans les rues de Lisbonne la semaine dernière, à quelques mètres de là où des décisions fondatrices pour l’avenir de l’Europe étaient prises, sans qu’aucun média ne retransmette l’information. A la place, le journal autrichien (ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres) a préféré publier des reportages sur une manifestation violente de 300 opposants à l’Europe qui s’est déroulée le même jour à Paris. On dirait vraiment que pour se faire entendre en Europe, il faut se comporter comme un chimpanzé, détruire le patrimoine public, ou alors, tel un animal satisfaisant ses nécessités les plus basses, faire sa crotte dans les rues.

« Ne serait-il pas plus simple pour vous de mettre la cabine dans la malle ? »« Der Standard »

C’est donc cela qu’il nous reste à accomplir, cette sorte de miracle : ou comment réunir les 3 grands principes édictés par . Cet homme, malgré des apparences de vendeur de plaques de chauffage pour cuisinière, fut le père authentique du journalisme nouveau et formula son idéal de la manière suivante, d’ailleurs mise en pratique par bien peu de personnes: informer, divertir et innover tout le temps. Pas besoin d’aller chercher ailleurs et c’est donc ce que nous allons faire : nous efforcer de travailler avec un peu plus de talent, et avec d’humilité. Ni plus ni moins.

Tom Wolfe

Traduction : Pierrick Lefort