Le Kosovo existe, la presse européenne approuve

Article publié le 23 juillet 2010
Article publié le 23 juillet 2010
C'est fait. La Cour internationale de justice de la Haye a fini par approuver la déclaration d'indépendance unilatérale du Kosovo vis-à-vis de la Serbie proclamée le 17 février 2008. Enfin ? En Espagne, on évoque le risque de contagion indépendantiste, risque éteint par la presse Suisse. La presse suédoise pense quant à elle que seule l'adhésion à l'UE fera adhérer la Serbie à cette décision.
Revue de presse des réactions européennes.

 El País – Espagne : L’indépendance fera-t-elle des émules ?

L'avis de la Cour de La Haye concernant la déclaration d'indépendance du Kosovo pourrait renforcer d'autres régions dans leurs séparatisme, estime le quotidien de centre-gauche El País : « Même si l'avis de la haute Cour de l'ONU n'a pas de caractère contraignant, il aura des conséquences importantes. Notamment pour la Serbie, qui avait demandé à la Cour de vérifier la légalité de la séparation, et aussi pour le Kosovo, pour lequel la voie vers les Nations unies est libre désormais, ainsi que la reconnaissance par d'autres Etats. Mais la décision de la Cour renforcera vraisemblablement aussi les mouvements indépendantistes dans d'autres régions instables, dont la moitié serbe de la Bosnie ethniquement divisée, en ex-Yougoslavie. »

(Article publié le 23.07.2010)

Tages-Anzeiger – Suisse : Le Kosovo, un cas à part

La décision de la Court Internationale de Justice (CIJ) ne donne pas carte blanche aux mouvements autonomistes dans le monde, estime le journal Tages-Anzeiger : « L'avis surprend par sa clarté mais on s'y attendait. Les juges de l'ONU n'ont pas fermé les yeux devant la réalité au Kosovo, contrairement à la Serbie. Ils rappellent que l'Etat n'a été fondé qu'à l'issue de négociations laborieuses menées au sein de l'ONU. L'action des Albanais du Kosovo n'était en aucune façon unilatérale. Elle était la conséquence d'une politique brutale d'oppression menée par la Serbie dans les années 1990 qui a conduit à l'intervention de l'OTAN. Les juges considèrent donc le cas du Kosovo comme un cas unique. Pour cette raison, la CIJ ne prend pas position sur la question de savoir si les Albanais avaient un droit à l'indépendance. En agissant ainsi, la Cour de justice veut empêcher que d'autres mouvements autonomistes se servent du Kosovo comme modèle. Belgrade devrait prendre cette défaite comme une occasion de mettre, une bonne fois pour toutes, un terme à son attitude vis-à-vis du Kosovo. Cela servirait également l'intérêt de la minorité serbe [du Kosovo]. »

(Article publié le 23.07.2010) 

Dnevnik – Slovénie : La Serbie doit se plier au droit

La décision rendue par la Cour de La Haye n'est pas une défaite pour la Serbie, écrit le quotidien Dnevnik, juste une nouvelle désillusion : « L'analyse de chaque phrase et de chaque virgule du long rapport du verdict durera certainement encore des mois, de même que la quête des plus infimes éléments qui pourraient donner raison à la partie serbe, au moins pour les nécessités de la politique intérieure. Mais ce ne serait qu'une perte de temps et un gaspillage d'argent. Le Kosovo ne sera jamais serbe, ni sous la forme de 'plus d'autonomie moins d'Etat', ni sous celle d'un modèle hongkongais. Le problème nous ramène dans le domaine politique. Comme il n'existe plus aucune possibilité que le Conseil de sécurité ou l'Assemblée générale de l'ONU, le dernier espoir de la Serbie, modifie le statut du Kosovo par une quelconque déclaration, il ne reste plus aucune marge de manœuvre à Belgrade pour réaliser son objectif de démanteler le statut du Kosovo. Il ne reste plus à la Serbie que de régler les relations bilatérales. Plus tôt Belgrade le fera, mieux ce sera. »

(Article publié le 23.07.2010) 

Aftonbladet – Suède : L’adhésion à l’UE ? Une carotte pour la Serbie

La décision de la Cour de La Haye a suscité la déception côté serbe. L'adhésion de la Serbie à l'UE pourrait apaiser le conflit avec le Kosovo, écrit le journal à sensation Aftonbladet : « La position de Belgrade est que le Kosovo n'est pas un Etat indépendant et ne le sera jamais. Le gouvernement a toutefois évoqué des perspectives d'indépendance à condition que la frontière soit tracée à Mitrovica au nord - entraînant donc en pratique une division du Kosovo. Une telle évolution entraînerait des revendications vers davantage de divisions ethniques et de nouveaux tracés de frontière, notamment en ce qui concerne l'enclave serbe de la Republika Srpska en Bosnie. Ce n'est pas une solution. Il faut miser sur le vœu de la Serbie d'intégrer l'UE. C'est peut-être difficilement imaginable à l'heure actuelle, mais c'est probablement le seul moyen d'attirer le pays à la table des négociations. C'est là que réside une possible résolution du problème kosovar, mais aussi celle pour un avenir pacifique durable dans tous les Balkans. »

(Article publié le 23.07.2010) 

Hospodářské noviny - République tchèque : Du passé faire table rase ?

La décision de La Haye confirmant le caractère légal de l'indépendance du Kosovo offre à la Serbie l'occasion de laisser le passé derrière elle, estime le journal économique Hospodářské noviny : « Les politiques serbes admettent officieusement depuis de années que le Kosovo est perdu pour Belgrade, même s'ils prétendent le contraire publiquement. … Les Serbes veulent intégrer l'UE, leur réaction au verdict de La Haye devrait donc être relativement pacifique. Depuis la fin du nationalisme de Milošević, les Serbes ont déjà fait un bon bout de chemin vers le pragmatisme. Peu après la déclaration d'indépendance, une majorité d'entre eux déclarait déjà que le Kosovo était bien moins intéressant que la situation économique de leurs familles et du pays. Les politiques serbes ont un alibi depuis hier : nous avons fait ce que nous pouvions faire. Le verdict de la Cour de La Haye ne doit pas être interprété comme une défaite de Belgrade, mais comme l'occasion de fermer un chapitre de l'histoire et d'en ouvrir un nouveau, plus optimiste. »

(Article publié le 23.07.2010) 

28 pays - 300 médias - 1 revue de presse. La revue de presse euro|topics présente les thèmes qui animent l'Europe et reflète sa pluralité d'opinions, d'idées et d'humeurs.

Photo : ©p2-r2/ Philipp Rümmer/Flickr ; vidéo : kosovoyoung/YouTube