Le Grand Paris, une grande idée ?

Article publié le 15 juin 2008
Publié par la communauté
Article publié le 15 juin 2008
Dernières nouvelles sur le front du Grand Paris cher à Nicolas Sarkozy. Tandis que Jean Nouvel a remporté le concours lancé pour donner un visage à la Tour Signal  futur emblème du renouveau de la capitale, le président a rassemblé une armada de sociologues, architectes et urbanistes pour définir les grandes lignes du projet. Qu’est-ce que ce Grand Paris au juste? Pour le moment, on en discute. Notre grande cousine londonienne semble en tout cas être une source d’inspiration.

Une bouffée d’oxygène pour Paris

Le Grand Paris est une idée agitée par Nicolas Sarkozy depuis environ un an. Paris est une capitale aux limites administratives très resserrées. La majorité de sa population active vit en périphérie dans un multitude de communes de différentes tailles dont le travail est difficilement coordonné; un comble quand on connaît les difficulté de transport, de logement et d’intégration des franciliens.

Le constat dressé, on s’agite à droite et à gauche pour défendre différentes visions de ce projet qui semble recueillir une forme de consensus mou. A droite, le sénateur Philippe Dallier prône l’intégration des communes limitrophes à la commune de Paris ainsi que le regroupement des départements limitrophes en un seul, plus puissant et aux compétences élargies. A gauche, Jean-Paul Planchou prône une meilleure efficacité des structures existantes et notamment de la région.

 On est encore aux prémisses d’une véritable action concrète et concertée. Pendant ce temps, de l’autre côté de la Manche, le Grand Londres est depuis longtemps un symbole d’attraction et de dynamisme.

Londres ville ouverte, Paris asphyxiée

Londres résulte d’une construction urbaine diamétralement opposée à celle de Paris. Ville ouverte, elle englobe une collection de villages qui forment une vaste conurbation. De ce constat, le Grand Londres a été imaginé en 1965, autorité regroupant les 33 “Boroughs” qui la composent. Dans cette zone, pas moins de 8 millions d’habitants.  Administrativement, il n’y a de ville de Londres que le borough de la city of London et ce n’est qu’en 2000 qu’a été crée le poste de Maire de Londres pour donner une figure politique au Grand Londres

Paris, en revanche, est une commune française presque comme les autres. Mise à part ses arrondissements et son statut de département, elle ne dispose d’aucune structure de communauté urbaine. Elle ne regroupe que 2 millions d’habitants à l’intérieur du périphérique, véritable barrage urbain qui la coupe de ses fameuses banlieues, lieu de résidence des 6 autres millions de parisiens par procuration.

Le Grand Londres fonctionne comme un petit gouvernement aux pouvoirs larges dans le domaine des transports, du logement et de la sécurité. Le métro s’étend parfois jusqu’à des zones situées à plus de 30 kilomètres du centre historique. A Paris, la Mairie livre des batailles juridiques sans fin pour tenter d’étendre le réseau de Vélib’ à peine 2 kilomètres en dehors des limites de la Ville.

Incontestablement, une ville de la taille de Paris perd beaucoup de temps et d’argent à rester asphyxiée par des délimitations administratives obsolètes et un mode de gestion fragmenté. Londres semble respirer mieux mais est-ce le modèle parfait?

Paris ne sera jamais Londres

On connaît l’admiration de notre président pour la Grande Bretagne sans doute doit-il regarder avec envie Londres la dynamique, où se bousculent les nouveaux projets architecturaux en vue des jeux olympiques de 2012. Beaucoup d’idées doivent lui venir à l’esprit quand il rend visite à ses amis Tony et Gordon.

Bien que des changements structuraux soient indispensables, ne nous y trompons pas. Paris ne sera jamais Londres. Dans son écrin historique, Paris, du moins en son centre, restera une ville tournée vers le passé, symbole du luxe et vivant à un tempo au ralenti. Elle sera toujours moins vibrante et moins cosmopolite que Londres, point d’ancrage d’une population métissée et souvent excentrique.

Espérons que les architectes du Grand Paris sauront garder cette réalité à l’esprit. Le renouveau de la capitale ne doit pas passer par l’effacement du charme désuet de la capitale ni par une pâle copie du Grand Londres.

Julien de Cruz