Le drame du Moyen-Orient ne cesse de nous émouvoir, l'Iran, l'Irak et Liberty

Article publié le 30 octobre 2015
Article publié le 30 octobre 2015

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Un jour c’est les décapités de Daech et ses noyades et immolations , un jour c’est les barils de Bachar Assad fils de Hafez, un jour c’est le gazés de Halabjah qu’on attribue aux extrémistes iraniens, un jour c’est les « massacre des prisons en Iran » dénoncé par Amnesty International en 1988, aujourd’hui c’est la pluie de missiles sur une petite localité de 2500 personnes, Liberty, qui vivent chaque jour la furie des islamistes intégristes.

Un porte-parole du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) en France a indiqué jeudi que 23 personnes ont été tuées, dont une femme, dans une attaque à la roquette sur le camp liberty en Irak. 

Il a précisé que 80 roquettes avaient été tirées au total, faisant également 22 blessés graves et "des dizaines d'autres blessés". Il s'agit de la pire attaque ayant visé le camp, a déclaré un porte-parole.

Le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés a vivement condamné l'attaque dans un communiqué. Selon l'agence onusienne, le camp situé près de l'aéroport de Bagdad abrite environ 2.200 réfugiés.

"C'est un acte déplorable, et je suis très préoccupé par le préjudice infligé à ceux qui vivaient dans le camp Liberty", a déclaré le Haut-commissaire pour les réfugiés Antonio Guterres. Tous les efforts doivent continuer à être faits pour (soigner) les blessés et identifier (...) les responsables".

Les opposants iraniens ont exigé que la résponsabilité du camp soit extraite de l'influence des agents du régime iraniens et remis aux mains du premier ministre irakien, Al-Ebadi, ou son secrétaire général. 

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a indiqué dans un communiqué que "les Etats-Unis condamnent avec fermeté l'attaque brutale et insensée" du camp.

M. Kerry a précisé que Washington avait été en contact avec de hauts responsables irakiens pour s'assurer que les autorités fournissent "toute l'assistance médicale urgente" nécessaire et que des mesures de sécurité supplémentaires seront mises en place après cette "attaque non provoquée".

Les Etats-Unis ont affirmé leur détermination à assister le Haut-commissariat pour transférer les habitants du camp "vers un endroit permanent et sûr en dehors de l'Irak", et invité davantage de pays à "répondre à cette urgente situation humanitaire".

Les roquettes ont été tirées depuis le quartier de Bakriya situé à six km au nord-est de l'aéroport, a dit le général Yahya Rasool, porte-parole du commandement des opérations conjointes.

Le camp Liberty accueille depuis 2011 les membres des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI) qui sont de pugnaces résistants iraniens.  

Fondés en 1965 avec pour objectif de renverser le Chah puis le régime islamique, les Moudjahidine du peuple se sont notamment installés en Irak dans les années 1980. Ils préconisent un Islam des lumières respectueux des droits de l'homme et de la laïcité.

.