Le danse du pouvoir du couple franco-allemand

Article publié le 16 décembre 2010
Article publié le 16 décembre 2010
Par Maxence Peniguet Lors du dernier Conseil européen, les mesures prises furent essentiellement le fruit de décisions franco-allemandes. Le couple s'est encore une fois rencontré avant le Conseil pour discuter des mesures à prendre et apparaît plus uni que jamais. Or les thèses reprises sont berlinoises et Paris semble simplement suivre la danse.

Depuis la création de l'Union européenne, les deux plus puissants États membres ont fait causes communes, et la balance des forces de chacun est restée plus ou moins à l'équilibre. D'un côté, la France et son siège de membre permanent au conseil de sécurité de l'ONU, et de l'autre, l'Allemagne et son économie du septième ciel. Et, surtout, une paix à construire.

Même si elle ne montre pas officiellement de déséquilibre aujourd'hui – ce qui ne serait d'intérêt pour personne, puisque chacun a besoin de l'autre à un moment ou à un autre – l'entente franco-allemande n'est plus ce qu'elle était.

La crise comme moteur du changement

Avec la crise financière est venu un temps de déséquilibre. Nicolas Sarkozy a pris les rênes de la présidence de l'UE en 2008 et a tout de suite engagé des discussions pour que les pays européens stimulent leurs économies. Puis en 2009, la France a su garder la main grâce à une économie plus résistante, c'est à dire avec un produit intérieur brut (PIB) qui n'a reculé que de 2,6 %, contre 4,7% du côté allemand. De quoi pouvoir montrer la voie.

Fin 2010, la danse a changé de rythme. L'Allemagne impose son charisme d'exportateur de toujours qui lui donne une croissance de son PIB de plus de 3,5%, et la France fait mauvais pas avec des prévisions donnant seulement 1,6% d'augmentation.

L'Allemagne porte la culotte

Sur le plan des négociations européennes, les deux derniers Conseils européens voient nettement qu'Angela Merkel porte la culotte. C'est elle qui, en octobre dernier, a su imposer des sanctions aux États ayant une politique économique trop laxiste. Et en ce début décembre, les vues communes sur le refus de créer des euros-obligations vient directement de Berlin. Enfin, sur les volontés de rapprochement de la fiscalité ou du droit du travail, c'est plus Nicolas Sarkozy qui court après le modèle germanique, que l'inverse.