LE CYCLONE BALAYe LA TRANQUILLITE SARDE

Article publié le 29 novembre 2013
Article publié le 29 novembre 2013

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Le cyclone Cléopâtre a frappé la Sardaigne les 18 et 19 novembre dernier. Ces inondations exceptionnelles ont provoqué la mort de 16 personnes.

Le cyclone Cléopâtre a frappé la Sardaigne les 18 et 19 novembre dernier. Ces inondations exceptionnelles ont provoqué la mort de 16 personnes.

A l'Est et au Sud de l'ile, la ville d'Olbia, le village de Uras et la zone de Nuoro ont été les endroits les plus touchés. La plupart des habitants ont du quitter leurs maisons, complètement inondées, en laissant derrière eux tout ce qu’ils possédaient. Le niveau d'eau est monté à trois mètres, a recouvert les rez-de-chaussées des immeubles et entraîné les voitures qui étaient dans la rue avec sa puissance.

Hébergements d'urgence

Les Sardes ont trouvé refuge dans différents endroits. Par exemple, des établissements publics ont accueilli beaucoup de personnes, comme le remarque le quotidien espagnol EL PERIODICO : « Millares de desahuciados de sus casas, con dos metros de agua en el interior, han sido acampados por el momento en polideportivos, hoteles, gimnasios y escuelas. »

Les moins touchés se sont tout de suite mobilisés pour ouvrir les portes de leurs maisons aux moins chanceux. Dans ce mouvement solidaire sarde, les réseaux sociaux on été très utilisés afin de divulguer ce type d’informations et aider le plus de personnes possible. Le quotidien portugais PUBLICO parle d’un groupe qui a été crée sur Facebook dans ce but : «  As pessoas cujas casas ficaram em melhores condições ou que não foram afectadas já criaram um grupo na rede social Facebook intitulado “Abrimos as nossas casas aos nossos concidadãos” onde disponibilizam as instalações aos que ficaram desalojados ».

Au delà des villes, la campagne touchée

Mais le cyclone n’a pas touché que les maisons. Le quotidien sarde L’UNIONE SARDA rapporte le bilan des estimations officielles des dégâts causés sur les route, soit près de 100 millions d’euros au total : « Ammontano a 95,6 milioni di euro i danni provocati dall'alluvione alla viabilità in Sardegna. Nuoro è la Provincia più colpita ».

Cléopatre a profondément modifié l'aspect de l'ile, dans ses paysages autant naturels qu'artificiels. Des routes ont été détruites, des gouffres se sont ouverts, comme le souligne la BBC : « Cyclone Cleopatra changed the geography of Sardinia in a matter of hours. Roads that existed a day ago are now impassable [...] The water tore rocks and vegetation, ripping up crops from some of the farmers' fields. A wide area of muddy, broken land is what is left where the waters flowed. »

L’État italien a décrété l’état d’urgence afin de pouvoir allouer tout de suite des fonds à la Sardaigne . Selon LE NOUVEL OBSERVATEUR 20 millions d’euros on déjà été débloqués, et le premier ministre Enrico Letta, qui s'est rendu sur place, «a précisé que les 20 millions d'euros ne représentaient qu'"une première partie" de l'aide de l'État ». Mais pour l'instant, la tranquillité habituelle de l'île reste troublée: « Les carabiniers ont signalé avoir déjoué cinq tentatives de pillage à Olbia où des personnes s'étaient présentées comme travaillant pour la mairie ou la protection civile afin de pousser des gens à quitter leur domicile. »