Le chiffre qui parle : trouver le second degré 

Article publié le 7 décembre 2015
Article publié le 7 décembre 2015

1,5 ou 2 degrés. La différence est faible, les conséquences catastrophiques. À la COP21, les représentants des États insulaires, des pays émergents et des pays en voie de développement des zones équatoriales tirent la sonnette d'alarme. Si la Terre se réchauffe de plus de deux degrés dans les 85 prochaines années, ils auront du soucis à se faire pour le futur de leurs enfants et petits-enfants.

Vanuatu, Tuvalu, les îles Marshall. Les images de ces archipels du Pacifique ornent les catalogues des agences de voyage avec leurs plages de sable doré, leurs paysages sauvages, et donnent envie de voyager. Pourtant, le changement climatique menace ces destinations paradisiaques. Dans les prochaines décennies, l'augmentation du niveau de la mer pourrait rayer de la carte certaines régions de ces archipels. Il est temps d'agir.

Depuis 1850, la Terre s'est réchauffée de 0,9 degrés. Lors de la conférence pour le climat de Copenhague en 2009, il a été établi par le droit international que cette hausse de température doit être limitée à deux degrés au maximum d'ici 2100. Selon les prognostiques des scientifiques, une augmentation de deux degrés des températures moyennes à l'échelle terrestre pourrait avoir des répercussions catastrophiques sur le climat. C'est à cela que s'opposent fermement les États insulaires ainsi que les pays émergents et les pays en voie de développement. L'Angola en particulier, un pays chaud de toute façon, plaide pour un objectif de 1,5 degré.

Les négociations à Paris durent encore jusqu'au 12 décembre. Depuis leur commencement, l'Allemagne a été le premier pays industrialisé à se déclarer favorable à ce que l'objectif de 1,5 degré plutôt que celui de 2 degrés soit retenu dans l'accord pour le climat espéré. Pour l'atteindre, tous les pays devront cependant unir leurs forces. Même ceux qui prospèrent grâce au commerce des énergies fossiles. Ce n'est donc peut-être pas par hasard si COP rime avec « hope ».

-

Retrouvez le nouveau projet de cafébabel spécial COP21 : #21faces.

-