Le chiffre qui parle : les 6 milliards d'euros du cannabis légal

Article publié le 31 juillet 2015
Article publié le 31 juillet 2015

6 milliards d'euros : c'est ce que la légalisation du cannabis pourrait rapporter à l'État italien en impôts chaque année. Les 220 parlementaires ayant voté la présentation du projet de loi sur la légalisation du cannabis au parlement italien ont peut-être vu juste. Explications.

Actuellement en Italie, le commerce du cannabis rapporterait au crime organisé entre 24 et 60 milliards d'euros par an. La légalisation du cannabis aurait un impact positif sur le PIB de 1,5 à plus de 3%. Cela semble fou, mais c'est l'avis du très sérieux International Business Times et il est complexe de rendre compte de l'expansion de l'économie souterraine mafieuse en Italie.

Selon une estimation prudente de l'Université La Sapienza de Rome - car il s'agit d'un commerce dissimulé et difficile à évaluer - le commerce du cannabis, en cas de légalisation et avec un taux d'imposition à 75% (comme celui du tabac ou de l'alcool), rapporterait à l'État italien 6 milliards d'euros.

Selon Benedetto Della Vedova, promoteur du groupe parlementaire en faveur de la légalisation, les consommateurs de cannabis sont de plus en plus nombreux ces dernières années. Des consommateurs qui renflouent non seulement les caisses des différentes mafias mais qui sont également sujets à une crimininalisation qui coûterait un bras en termes de procès et de dépenses policières. Il faut en outre envisager les « bénéfices indirects » qu'une légalisation pourrait comporter : création d'emplois, désengorgement des prisons, énorme coup porté aux finances mafieuses, possibilité de surveiller la qualité - donc l'impact sur la santé - du cannabis commercialisé et interdiction aux mineurs d'en acheter. Ce serait aussi un moyen de contrer le crime organisé : 3000 tonnes de cannabis serait vendu illégalement chaque année en Italie. Paradoxalement, une potentielle diminution des consommateurs est envisageable : le Portugal a décriminalisé la consommation de toutes les drogues en 2001 et le nombres de toxicomanes aurait chuté de 60% en 10 ans.