Le Bitcoin : une devise obsolète ?

Article publié le 25 janvier 2018
Article publié le 25 janvier 2018

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

La cryptomonnaie mondialement célèbre connaît actuellement un essor planétaire en passe de battre tous les records : la terre entière a les yeux rivés sur elle. Mais au moment-même où les gens découvrent le Bitcoin en masse, cette devise cryptographique est peut-être déjà obsolète.

Le Bitcoin est la première devise cryptée et décentralisée qui ait jamais existé. Créée en 2009, elle monte en puissance au cours de l'année dernière, alors que sa valeur augmente de 1600%. Mais à l'heure où les "petits" investisseurs se précipitent pour prendre le train du Bitcoin en marche, le monde des cryptomonnaies est déjà en train de passer à autre chose. 

Une décennie, à notre époque, constitue un laps de temps bien trop long pour être à la pointe des innovations technologiques. Lorsque le Bitcoin a été créé, le tout dernier téléphone Apple était l'iPhone 3GS. Les cryptodevises et les technologies nées à cette période ont évolué entre-temps. De ce fait, le Bitcoin, bien qu'il soit très tendance, est peut-être déjà obsolète.

Le signe le plus évident du déclin du Bitcoin est la rapidité. Un temps de transaction de dix minutes peut sembler rapide comparé à celui d'un virement bancaire, qui peut prendre plusieurs jours lorsque la transaction est internationale ou effectuée un jour non-ouvré. Mais avec Ethereum, une cryptomonnaie sortie en 2015, une transaction prend seulement dix secondes.

Le Bitcoin possède un autre défaut particulièrement déplaisant pour certains inconditionnels des monnaies virtuelles, des libertaires experts en informatique qui se sont donné pour mission de "faire tomber le gouvernement". L'anonymat a été cité à plusieurs reprises comme l'un des atouts du Bitcoin, mais ce n'est pas tout à fait juste. Le Bitcoin est anonyme dans le sens où on peut envoyer et recevoir des Bitcoins sans avoir à fournir de données personnelles. Si ce fonctionnement permet des transactions plus anonymes qu'avec une carte de crédit, il ne garantit pas pour autant un anonymat à toute épreuve. Pour utiliser des Bitcoins, il faut posséder une clé électronique, qui conserve la trace de toutes les transactions en Bitcoin effectuées par une même personne. Si on venait à remonter jusqu'à un utilisateur grâce à sa clé électronique, on aurait accès à tout l'historique de ses paiements. A l'inverse, Monero, une cryptomonnaie créée en 2014, protège l'identité de ses utilisateurs à l'aide d'une technologie qui ne garde pas de données traçables sur leurs transactions.

Alors que tous les yeux sont tournés vers le Bitcoin, d'autres monnaies virtuelles entrent en scène. Et si le Bitcoin n'est pas près de disparaître - il restera toujours la première devise en son genre - il est probable que d'autres monnaies virtuelles finissent par prendre sa place en tête de ce concours de popularité.