Le babélien du mois : Kamil Exner

Article publié le 2 juin 2014
Article publié le 2 juin 2014

Kamil, membre actif de l’équipe Ca­fé­ba­bel de Cra­co­vie, nous te­nait au cou­rant en di­rect des évé­ne­ments de la place Maï­dan à Kiev. Grâce à ses ana­lyses, nos lec­teurs ont  pu com­prendre ce que si­gni­fiait pour l’Eu­rope l’an­nexion de la Cri­mée et l’ap­pli­ca­tion de lois ré­pres­sives en Ukraine. Voilà désormais com­ment notre homme du mois se dé­crit.

Peux-tu te dé­crire en trois mots ?

Avant-garde, jazz et un­der­ground.

Que fais-tu dans la vie ?

Je tra­vaille sur l’Ukraine, au sens large.

Ton plat pré­féré ?

Le ca­nard aux pommes.

Ta na­tio­na­lité eu­ro­péenne pré­fé­rée ?

J’adore la culture scan­di­nave, mais j’au­rais du mal à choi­sir une na­tio­na­lité. Les Eu­ro­péens sont assez dif­fé­rents les uns des autres. C’est jus­te­ment cela que je trouve fas­ci­nant.

Ton pre­mier ar­ticle/ta pre­mière tra­duc­tion pour ca­fé­ba­bel ?

C’était assez in­at­tendu.

Quel est le rêve le plus fou que tu aies fait ?

J’ai rêvé de l’odeur d’une tarte aux prunes. Pas d’image, pas de son, uni­que­ment l’odeur. Je tiens à pré­ci­ser que per­sonne n’était en train de pré­pa­rer une tarte aux prunes chez moi à ce mo­ment-là.

En un mot, c’est quoi pour toi ca­fé­ba­bel?

Un patch­work, dans le bon sens du terme.

Si tu de­vais choi­sir une ru­brique, un ar­ticle, ou un au­teur de Ca­fé­ba­bel…

La ru­brique: « So­ciété ». L’au­teur : Ceris Aston. Et je sou­haite éga­le­ment men­tion­ner les tra­duc­teurs, comme Mo­nika Prończuk, sans qui tout se­rait beau­coup plus dif­fi­cile.

La chose la plus stu­pide que tu aies faite dans ta vie ?

Ar­rêter de faire du piano.

L’en­droit en Eu­rope que tu as vu et que tu as pré­féré ?

Lviv, sans hé­si­ter. Son café, et les amis gé­niaux que j’ai là-bas.

Une ville en Eu­rope que tu ai­me­rais vi­si­ter?

Saint-Pé­ters­bourg pen­dant les nuits blanches.

Qu’est-ce que l’Eu­rope veut dire pour toi?

L’Eu­rope est avant tout pour moi une grande mai­son. Si grande que la vie est trop courte pour en vi­si­ter toutes les pièces.

consulter : le pro­fil de Kamil et ses ar­ticles.

Nuits blanches à Saint-Pe­ters­bourg