L’Association des Femmes Iraniennes en France  célèbre ses 20 ans

Article publié le 10 février 2015
Article publié le 10 février 2015

Pour la défense des droits des femmes sous la férule de l’intégrisme islamiste en Iran

L'Association des Femmes Iraniennes en France  a célébré son 20ème anniversaire. En collaboration avec les associations Femmes solidaires-Conflans et ADCALI, un événement musical a été organisé la semaine dernière en banlieue parisienne.

Simin Nouri, présidente de l’AFIF a présenté un bref résumé de 20 années d’activités pour la défense des droits des femmes en Iran et sur le danger de l’intégrisme islamiste au pouvoir. Pour elle, l’analyse de la condition des femmes en Iran  conduit à une conclusion évidente : la démocratie est la condition sine qua non de la liberté des femmes et de leurs accès aux droits fondamentaux.

La lutte pour la démocratie continuera donc en Iran, mais pour réussir, a besoin du soutien des forces démocratiques et des défenseurs des droits de  l’homme et de la liberté des femmes, partout dans le monde. 

Martine Roquevert présidente des Femmes solidaires-Conflans a pour sa part appelé à une plus forte mobilisation pour soutenir le combat des femmes iraniennes. Représentant l’association culturelle ADCALI, Elham Akhavan a de son côté parcouru le bilan de l’association pour la promotion de l’art et la culture iranienne en France.

La célébration a été ponctué de messages et de témoignages de solidarité, notamment de la part de la célèbre féministe française Andrée Michel et de la militante palestinienne Habiba Nefissi. Elles ont manifesté leur solidarité au combat des Iraniennes pour l’égalité et la nécessité d’un changement démocratique en Iran.

La  condition de femmes se présente ainsi comme le meilleur lieu pour observer et  analyser la crise en Iran. Le pays souffre de l’absence des droits fondamentaux - civiques,  politiques, socio-économique et environnementaux - de ses habitants, et les  femmes en sont les premières victimes. Les richesses acquises par le pétrole, le  soutien actif des groupes dont les intérêts dépendent de la préservation de  l’ordre dominant et l’usage de la répression font endurer la dictature  théocratique.

Pour les militantes iraniennes, il est temps que  les pays européens cessent d’occulter, pour des raisons d’ordre économique, le  caractère fascisant du régime islamiste en Iran, et agissent pour la défense des  démocrates iraniens. Ceci en outre préservera mieux leurs intérêts dans le long  terme et encouragera l’avancement de la paix dans le monde.