Langage coloré

Article publié le 14 septembre 2006
Article publié le 14 septembre 2006

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Les Européens raffolent du langage en technicolor. Si les Français aiment la vie en rose, ils peuvent parfois, à l’instar des Britanniques, s’énerver et voir rouge ( « to see red »). Le bleu est en Espagne et en Italie la couleur du prince charmant (« el principe azul ») mais celle de la peur dans l'Hexagone. Vexés, les Français ont d'ailleurs tendance à rire jaune, une teinte s’assimilant plutôt à de la jalousie outre-Rhin (« Gelb vor Neid »). Enfin le vert, synonyme d’envie dans la perfide Albion («  green with envy »), qualifie la rage à Rome (« verde dalla rabbia ») et évoque un pauvre vieillard lubrique dans la péninsule ibérique (« un viejo verde »). Les choses se corsent quand on évoque un thème ô combien universel, le taux d’alcoolémie : l’ivresse est grise ou noire pour les Français selon le degré d’imprégnation, bleue outre-Rhin (« blau sein ») et violette à Madrid (« estar morado »). Bel arc en ciel éthylique en perspective...