Lamy, Fromantin, Dufeigneux, un trio pour une Exposition universelle en France ?

Article publié le 22 février 2017
Article publié le 22 février 2017

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Le 22 novembre 2016, François Hollande, déclare officiellement la candidature de la France à l’Exposition universelle de 2025. Trois français se mobilisent pour mener à bien cette candidature : Pascal Lamy, délégué interministériel chargé du projet, Jean-Christophe Fromantin, député à l’origine de la candidature, et Gilles Dufeigneux, délégué général de l’association « Expo France 2025 ».

Maire divers droite de Neuilly, Jean-Christophe Fromantin est à l’origine de la candidature. Il est le président de l’association permettant de financer le projet. Dès 2010, alors député-maire de Neuilly-sur-Seine, il lance la réflexion sur l’organisation d’une Exposition universelle, avec le soutien de plusieurs grandes entreprises françaises, dont Bouygues et Decaux, et surtout la volonté de financer entièrement ce projet sur des fonds privés. Son objectif « une Exposition universelle très connectée avec des entreprises et des startups participant à ce défi ». Problème, une rivalité naît avec la maire de Paris, Anne Hidalgo (PS), qui soutient elle la candidature de la France aux Jeux Olympiques 2024, et qui a adressé le 6 juin 2016 un courrier à l’Élysée demandant un retrait de la candidature pour l’Exposition universelle.

Pour préparer la candidature, Jean-Christophe Fromantin s’est rapproché de Gilles Dufeigneux. Ancien délégué interministériel aux grands évènements sportifs, cet administrateur civil a préparé la candidature de la France aux championnats d’Europe de football en 2016, et au retour d’un grand prix de Formule 1 en France, à l’horizon 2018. Nommé délégué général de l’association "ExpoFrance 2025" en octobre 2015, il est chargé de fixer les orientations de projet et de gérer la politique partenariale.

Pascal Lamy est lui arrivé quelques mois plus tôt, en avril 2015, à l'occasion de la création d'un groupement d'intérêt public (GIP), dont l'État est actionnaire à hauteur de 30%. En effet, seule une structure publique peut déposer la candidature devant le Bureau international des expositions. Ce haut-fonctionnaire, ancien directeur général de l'OMC et commissaire européen au commerce est nommé délégué interministériel  en charge du projet le 4 avril 2015.

Le verdict devrait tomber courant 2020. Selon une étude, menée par Deloitte, les retombées économiques s'éléveraient à 23,2 milliards d'euros. Pour le trio Fromantin-Lamy-Dufeigneux, le jeu en vaut la chandelle.