La vraie raison d'être du débat sur le mariage des enfants en Turquie

Article publié le 24 novembre 2016
Article publié le 24 novembre 2016

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

C'est une vieille ruse d'Erdogan : "Quand il y a un problème grave que tu ne peux pas régler aujourd'hui, lance un débat absurde, et attends que tout le monde ait oublié le vrai problème."

Depuis que la commission de gouvernement d'AKP (parti de la justice et du développement turc, au pouvoir depuis 2002, ndlr) a annoncé le projet de loi sur le mariage des enfants, des millions de réactions inondent les réseaux sociaux, et des centaines d'articles d'opposition sont publiés. L'ancien parti politique du président Erdogan, AKP, suggère que la nouvelle législation tende vers la protection des enfants victimes de viol. Toutefois, la réaction à cette mesure est très forte de la part des opposants, car le projet de loi permet au violeur de se marier avec la victime avec le consentement des parents pour lui éviter la prison. En conséquence, le mariage des enfants devient donc légal. 

Binali Yildirim, premier ministre turc, a dû apporter certains éclaircissements suite aux contestations :

"Il y a des gens qui se marient très tôt, car ils ne connaissent pas la loi. La jeune mariée finit par tomber enceinte, et le père par aller en prison. Les enfants se retrouvent seuls avec leur mère. Nous avons identifié 3.000 cas de ce type. Nous prévoyons donc l'application d'une loi temporaire pour ces familles."

De toute évidence, l'annonce du premier ministre confirme également que la loi va autoriser les adolescentes mineures à se marier. 

Kemal Kilicdaroglu, leader du principal parti d'opposition, en a tiré la conclusion suivante : "Quand un adolescent se fera violer, le violeur pourra se faire pardonner s'il s'engage à l'épouser."

Selon Google Trends, la recherche du mot-clé "Tecavüz", qui signifie "viol" en turc [1], a explosé : 

Le débat sur le mariage des enfants a commencé le 17 novembre dernier. Depuis, les hashtags protestataires sur le sujet sont devenus une tendance sur Twitter en Turquie. 

Après 5 jours de réactions, le président Erdogan a fait sa première déclaration sur le sujet. "Le gouvernement devrait prêter attention à la critique. Le problème devrait être résolu dans le cadre d'une entente commune."

Quelques heures après cette déclaration, le premier ministère Binali Yildirim a annoncé que le projet de loi serait porté par la commission de gouvernement, et qu'il avait demandé aux membres du parti d'intégrer les députés de l'opposition dans le débat. 

Le rôle des grands médias

Comme on a déja pu le constater lors des manifestations de Gezi Park (mouvement protestataire turc de 2013, autour de la fameuse Place Taksim, ndlr) et depuis lors, les grands médias sont contrôlés par l'ancien parti d'Erdogan, AKP, et sont soutenus par des médias gouvernementaux. 

Le journal Milliyet, lu quotidiennement par des millions de personnes, a commencé à publier des études inquiétantes. Reprenant plusieurs histoires d'adolescentes, tombées enceintes avant leur majorité, le journal essaie de démontrer que la nouvelle législation sur le mariage des enfants est vraiment nécessaire. 

La vraie raison d'être du débat

Mais quelle est la véritable motivation d'un tel débat? J'y vois une vieille ruse d'Erdogan. 

"Quand il y a un problème grave, que tu ne peux pas régler aujourd'hui, lance un débat absurde, et attends que tout le monde ait oublié le vrai problème."

Malheureusement, cette ruse fonctionne sur les leaders d'opposition, et sur les autres groupes qui ne soutiennent pas la politique d'AKP.

Avant le 17 août, le débat portait sur la chute de la livre turque face aux monnaies étrangères. Il suffit de comparer la livre turque à la couronne norvégienne : le graphique ci-dessous parle de lui-même [2] :

De toute évidence, le graphique ci-dessus pourrait être la vraie motivation du débat politique turc de ces dix derniers jours, et pas une discussion montée de toute pièce sur le mariage des enfants. AKP est incapable de se justifier sur la situation économique du pays, alors que la croissance a toujours été leur principale ligne de défense. Inutile de préciser que la situation est la même par rapport à beaucoup d'autres devises, telles que le dollar américain ou l'euro. 

Sercan Leylek

Références:

[1] Recherche du mot-clé "viol" sur Google Trends, https://www.google.com/trends

[2] La livre turque face à la couronne norvégienne, http://kur.doviz.com/serbest-piyasa/norvec-kronu