La vague bleue Marine menace l'Europe

Article publié le 24 avril 2012
Article publié le 24 avril 2012
Le succès de Marine Le Pen, la candidate du Front national, au premier tour des élections présidentielles françaises, a ravivé le débat sur l'extrême droite en Europe. Pour les commentateurs, la crise aurait rapproché les électeurs des idéologies d'extrême droite, lesquelles pourraient gagner toute l'Europe.

Dala-Demokraten - Suède : Le cercle vicieux de l'extrême droite 

La réussite électorale de Marine Le Pen montre la propension des électeurs à se tourner vers les idéologies d'extrême droite en temps de crise, estime le quotidien social-démocrate Dala-Demokraten : « La France se trouve comme une grande partie de l'Europe dans un cercle vicieux, le chômage en hausse alimentant les mouvements d'extrême droite. Mais ce cercle vicieux peut être interrompu par une autre politique du travail et une répartition plus juste des moyens. C'est uniquement de cette manière que les aigris et les personnes qui doutent d'elles-mêmes se rendront compte que la situation ne s'améliorera pas en pratiquant l'épuration ethnique, mais en appliquant une politique juste. Le socialiste François Hollande représente justement ces principes, tandis que Sarkozy le conservateur flirte avec l'extrême droite et se cramponne aussi à une austérité établie sous son égide dans la politique européenne avec le pacte budgétaire. »

(Article publié le 24.04.2012)

Népszava - Hongrie  : Un avertissement pour l'Europe 

Le bon score de Marine Le Pen au premier tour des élections présidentielles françaises peut marquer une tendance européenne, estime le quotidien de gauche Népszava : « Lors du premier tour de l'élection présidentielle française, pratiquement un électeur sur cinq a voté en faveur de Marine Le Pen. … Le bon score électoral du Front National n'est pas seulement inquiétant pour la France. Il marque une tendance qui pourrait éventuellement gagner toute l'Europe : la population rend responsable de la crise les partis établis et l'élite politique au pouvoir depuis des décennies. Il semblerait que les individus cherchent de nouvelles voix et de nouveaux visages. Marine Le Pen a décelé cette aspiration ; elle a su instrumentaliser la déception et la désillusion des électeurs à son propre avantage. Le discours qu'elle a prononcé à l'occasion de sa 'victoire' révèle tout de sa stratégie. Elle a l'intention de devenir une force majeure de l'opposition et de se battre contre les deux grands partis français, le parti conservateur au pouvoir de Sarkozy et celui du socialiste François Hollande. Pour Le Pen, ils sont tous les deux sous la tutelle des banques. »

(Article publié le 24.04.2012) 

The Guardian - Royaume-Uni : Le succès inattendu de Le Pen 

Marine Le Pen s'est hissée avec son résultat record de 17,9 pour cent au rang des politiques importants de la droite française, déplore le quotidien de centre-gauche The Guardian : « Contredisant les sondages d'opinion et les prévisions des experts, nouvelle illustration frappante du fossé qui existe entre les analystes et la réalité, Le Pen s'est proclamée véritable leader de la droite française. Elle a promis de jouer un rôle important pour son parti dans l'avenir politique du pays. Ce résultat, la performance d'un parti ouvertement xénophobe qui a basé sa campagne sur une plate-forme anti-immigration et islamophobe, bien que le visage menaçant du père ait laissé sa place à celui souriant de sa fille, est au cœur de tous les débats actuellement. »

(Article publié le 24.04.2012)

Tageswoche - Suisse : Le Pen penchera pour Hollande 

Avant le deuxième tour des élections, Marine Le Pen recommandera à ses partisans de voter pour le socialiste François Hollande afin de renforcer sa propre position, suppose le journal en ligne Tageswoche : « Pour elle, Hollande ou Sarkozy, c'est bonnet blanc et blanc bonnet : elle leur reproche à tous deux d'être les pantins de bureaucrates européens aux ordres de la mafia financière internationale. Secrètement toutefois dans son Front National, elle penchera en faveur de Hollande, rien que pour donner une forme à son appel au changement. … Dès que Sarkozy sera parti, Le Pen aura cinq ans pour rallier toute la droite française dans une lutte d'opposition contre Hollande et contre la gauche sous un nouveau nom. Elle fera une nouvelle tentative en 2017. Elle aura alors 48 ans et estime déjà avoir de bonnes chances d'être élue présidente.»

( Article publié le 23.04.2012)

 28 pays - 300 médias - 1 revue de presse. La revue de presse euro|topics présente les thèmes qui animent l'Europe et reflète sa pluralité d'opinions, d'idées et d'humeurs.

 Photo: Une : Marine for Marianne (cc) The Manolo/flickr