LA TRADUCTRICE DU MOIS 

Article publié le 28 juillet 2014
Article publié le 28 juillet 2014

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

 Depuis que Maria-Christina Doulami a réalisé sa première traduction pour cafébabel en mai, elle a déjà un impact visible. Grâce à elle, les lecteurs de cafébabel peuvent accéder maintenant avec plaisir à une plus large sélection d’articles des versions françaises et espagnoles. Elle est une rêveuse et une amoureuse des langues et son but est de voyager en Europe…

Cafébabel : Peux-tu te décrire en trois mots ?

Active, soucieuse du détail, enthousiaste.

CB : Que fais-tu dans la vie ?

Je travaille dans le secteur des affaires médiatiques, en particulier les projets qui concernent l’UE. Cela inclut la surveillance des medias, la rédaction et l’édition de rapports politiques, et la préparation de stratégies de communication. Je suis aussi journaliste freelance, éditrice et traductrice, et j’écris fréquemment (réflexions, fiction, poésie) sur mon blog. Bien sûr je n’ai pas arrêté d’apprendre, en particulier les langues, et mon but est d’apprendre le portugais.

CB : Quel est ton plat préféré ?

Les haricots verts à la sauce tomate avec des pommes de terre et de la feta.

CB : Quelle est ta nationalité européenne préférée ? Pourquoi ?

Je dirai toutes les nationalités méditerranéennes – Grecque, Espagnole, Italienne. Je pense que ces nationalités sont plus authentiques dans leur façon de voir la vie et peu importe leurs problèmes pour survivre elles profitent de ces petites choses qui rendent la vie digne d’intérêt.

CB : Quand as-tu traduit pour la première fois pour Cafébabel ?

Le 25 mai 2014. C’était un article écrit par un ami rencontré lors de EUtopia à Strasbourg et ce qui le rendait si spécial était qu’en fait j’ai vraiment eu l’expérience de la douleur derrière la recherche avant que le procédé d’écriture se produise.

CB : Quel est le rêve le plus fou que tu aies jamais fait ?

Avec les yeux ouverts ou fermés ? J’ai tendance à rêver beaucoup à la fois réveillée et endormie. Réveillée, je dirai que le rêve le plus fou serait de voyager sans arrêt dans le monde tout en écrivant (c’est quelque chose que je veux encore faire). Endormie, c’était de courir dans la fumée d’un immeuble en feu avec un petit lapin dans les bras.

CB : En un mot, que veux-dire pour toi Cafébabel ?

Multiculturalisme.

CB : Si tu devais choisir une rubrique, un article ou un auteur de Cafébabel…

C’est une question difficile. Ma rubrique préférée est « Société », mais j’aime aussi lire la rubrique « Politique ». Je n’ai pas d’article préféré, j’en ai lu beaucoup qui sont vraiment exceptionnels. La même chose pour un auteur favori, j’aime particulièrement le style d’Alexander Damiano Ricci, mais il y en a beaucoup d’autres qui sont excellents.

CB : La chose la plus stupide que tu aies faite dans ta vie ?

Quand j’étais très jeune ma grand-mère repassait et elle a laissé le fer debout une minute pour aller dans la cuisine. Elle m’avait bien dit de ne pas le toucher parce qu’il était chaud. Ce n’est pas la peine de me le dire deux fois. J’ai appuyé ma paume directement sur le fer brûlant. C’est une chose (stupide) que je ne referai jamais.

CB : Le meilleur endroit où tu es allée en Europe ? Pourquoi est-ce le meilleur ?

Je pense que le continent entier est étonnant. Si je devais choisir un endroit, cela serait Vienne. Cette ville a quelque chose de royal, comme venant d’une autre époque, et on peut sentir son air majestueux qui nous entoure à la minute où l’on arrive.

CB : Une ville en Europe que tu aimerais visiter… Pourquoi ?

Juste une ? Il y en a tellement ! Prague et Budapest sont en haut de la liste. J’ai entendu tellement de choses sur ces villes magnifiques, je dois y aller et voir moi-même. En plus ces villes sont dans des pays au profil « plus discret » comparé à la France, l’Espagne ou l’Allemagne et donc c’est plus difficile de savoir ce qu’il s’y passe à moins d’y aller soi-même.

CB : Que veut-dire l’Europe pour toi ?

L’Europe, cela veut dire la liberté de voyager, de se faire des amis et d’agrandir sa famille. Cela signifie élargir son horizon et comprendre que malgré la diversité nous sommes en fait plus forts si nous sommes unis.